Les Etats-Unis recommandent d’éviter la Chine, l’OMS déclare l’urgence internationale — Virus

Coronavirus: L'OMS décrète une urgence de santé publique de portée internationale

Coronavirus : L'OMS décrète une urgence de santé publique de portée internationale

A l'issue d'une réunion quelques heures plus tôt à Genève, l'OMS, critiquée précédemment pour ses atermoiements, a déclaré que l'épidémie du nouveau coronavirus constituait "une urgence de santé publique de portée internationale".

Mais des cas de contamination ont aussi été annoncés sur tous les continents par les autorités sanitaires locales.

D'autres pays planifient des opérations, et les mesures de précaution internationales se durcissent, avec notamment la Russie qui a annoncé qu'elle fermerait vendredi ses 4.250 km de frontière avec la Chine.

"Nous voudrions que les pays se concentrent sur des mesures d'atténuation pour identifier la possible importation de cas et pour répondre à toute épidémie domestique", a-t-il dit ce samedi à l'agence Reuters. En France, un sixième cas d'infection a été annoncé: celui d'un médecin contaminé par une personne ensuite rentrée en Chine, où elle a déclaré la maladie.

Ainsi, 180 Français ont été évacués de Wuhan par un avion qui a atterri vendredi à Istres, dans le sud-est de la France. L'Italie a annoncé l'envoi d'un avion, Berlin prévoit l'évacuation de quelque 90 Allemands "dans les prochains jours", le Canada comme la Nouvelle-Zélande veulent organiser des vols.

A Wuhan, qui garde des allures de ville fantôme, la circulation des véhicules non essentiels est interdite, les hôpitaux restent débordés et des milliers d'étrangers demeurent sans certitude de pouvoir partir.

Alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) se perd en superlatifs pour saluer la manière dont le gouvernement chinois gère la crise suscitée par l'apparition d'un nouveau coronavirus, des voix critiques se font entendre. "Je pourrais mourir de faim, être infectée et mourir", se désolait jeudi Aphinya Thasripech, une Thaïlandaise trentenaire enceinte.

Parmi les 206 Japonais rapatriés mercredi, trois ont été contaminés, ce qui porte à 14 le nombre de cas recensés dans l'archipel.

Samedi, le Vietnam a suspendu à son tour toutes ses liaisons aériennes avec la Chine.

À partir de dimanche à 22h GMT (23h en France), les autorités américaines interdiront l'entrée sur le territoire des non-Américains s'étant rendus en Chine dans les 14 derniers jours, a décrété le ministre de la Santé Alex Azar dans la nuit de vendredi à samedi, tandis que pour les ressortissants américains, une quarantaine allant jusqu'à 14 jours sera imposée à ceux qui se sont rendus dans la province du Hubei dans les deux semaines précédentes. L'Italie, Singapour ou encore la Mongolie, ont pris le même genre de dispositions.

Plusieurs États comme l'Allemagne ou le Royaume-Uni déconseillent tout voyage en Chine, et les États-Unis ont monté encore d'un cran leur niveau d'alerte jeudi en recommandant d'éviter le pays.

Des villages se barricadent derrière des barrages sauvages dans l'espoir d'échapper à l'épidémie, et les personnes originaires de Wuhan et sa région se heurtent partout à la suspicion.

Pékin a ordonné jeudi aux agriculteurs et aux abattoirs d'augmenter leur production alors que l'épidémie perturbe les réseaux de distribution et que les prix des légumes s'envolent.

Le Fonds monétaire international a indiqué qu'il surveillait "en temps réel" l'épidémie, soulignant que son incidence sur l'économie mondiale dépendra notamment de la durée de l'épidémie. De nombreuses entreprises et usines chinoises fermeront leurs portes jusqu'au 9 février au moins.

Dernières nouvelles