Coronavirus : le dramatique bilan du Sras déjà dépassé

Enfin, les autorités philippines ont décidé d'interdire l'entrée sur le territoire philippin à toute personne non philippine ou non résidente arrivant de Chine et des régions administratives spéciales de Hong-Kong et Macao au cours des 14 derniers jours.

L'un des neuf Belges rapatriés de Wuhan a été testé positif au nouveau coronavirus mais "ne présente pour le moment aucun signe de maladie" indique ce mardi le Service Public Fédéral Santé publique de Belgique.

Pour venir en aide à la Chine qui a besoin de fournitures médicales pour faire face à l'épidémie de coronavirus, des pays, comme le Japon, le Royaume-Uni et la Corée du Sud y ont envoyé des équipements. Et pourtant, celui-ci est véritablement sorti de terre à Wuhan, comme l'explique la chaîne NBC news.

S'adressant à la presse, la porte-parole de la diplomatie chinoise s'en est prise aux Etats-Unis, accusant ce pays de "semer la panique " par ses restrictions et donner "un très mauvais exemple ".

Singapour, la Malaisie et la Thaïlande ont de leur côté à leur tour fait état mardi de la contamination de personnes n'ayant pas récemment séjourné en Chine et un premier malade a été signalé à Bruxelles parmi les passagers d'un avion évacués le week-end dernier de Wuhan.

Il pourrait être l'une des premières victimes d'une transmission d'homme à homme, dans la région administrative spéciale de Hong Kong.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), a réaffirmé ce lundi qu'il était inutile de restreindre les transports internationaux et les échanges commerciaux dans l'espoir de freiner la propagation du virus. Au total, 265 personnes à Wuhan sont mortes du virus. Parmi eux, 64 Français venus s'ajouter aux 180 personnes rapatriées vendredi et placés en confinement dans la foulée. Taizhou a également annoncé suspendre 95 connexions ferroviaires à destination de la ville à partir de mardi.

Traditionnellement fermés pendant les congés du Nouvel An lunaire, les marchés d'actions chinois sont restés suspendus plus longtemps que d'habitude avant de rouvrir ce lundi et d'essuyer une débâcle spectaculaire, effaçant 400 milliards de dollars de valeur en l'espace d'une seule séance, terminée sur un repli de 7,7%. Les stocks mondiaux, entraînés par des baisses en Asie, ont baissé de 3% depuis lors, craignant que le virus ne ralentisse l'économie chinoise et ne freine la croissance mondiale. Des sources ont déclaré lundi à Reuters que l'Opep et ses alliés songeaient à réduire de 500.000 barils supplémentaires leur production quotidienne.

Dernières nouvelles