Le blogueur Bassem passé à tabac par le rappeur Sadek — Vidéo

Le blogueur Bassem Braïki a été passé à tabac par le rappeur Sadek

Le blogueur Bassem Braïki a été passé à tabac par le rappeur Sadek. DR

Les images de l'agression ultra-violente du youtubeur Bassem Braiki, revendiquée par le rappeur Sadek, photo et vidéo à l'appui, ont soulevé un vif émoi après leur diffusion sur Internet. A tel point qu'un showcase de Sadek, prévu le 8 février dans une salle de Saint-Priest, en région lyonnaise, avait dû être annulé pour des raisons de sécurité, à la suite d'un "nombre important de messages à caractère provocateur et menaçants envers l'artiste et sa venue sur différents réseaux sociaux". Mardi dans la nuit, le rappeur de 28 ans a sauvagement agressé le youtubeur Bassem Braïki, à l'aide de plusieurs personnes. Lyon: Mélanger "Efferalgan et cyanure", des associations LGBT portent plainte contre le blogueur Bassem BraikiVénissieux: Chronic 2 Bass en garde à vue pour avoir relayé une rumeur de pédophilieLe blogueur antidjihadiste poursuivi pour avoir incité à frapper des pédophiles "présumés " Rim'K: "Je me considère un peu comme un hybride dans le milieu du rap français " INFO 20 MINUTES. S'en est suivi ensuite des menaces sur les réseaux sociaux, qui ont mené au lynchage qu'a reçu Bassem Braiki devant son domicile par quatre individus.

D'autres vidéos sur le même réseau social suggèrent que la scène pourrait être la suite d'un contentieux entre le blogueur et le rappeur Sadek.

La vidéo tourne en boucle sur les réseaux sociaux.

Le premier apparaît au sol, visage ensanglanté, et reçoit notamment des coups de poings.

Nous avons choisi de ne pas publier cette vidéo insupportable, pour ne pas faire la promotion d'un tel geste. Il a d'ailleurs posé avec les mains tachées du sang de Bassem. Il assure: "En vrai de vrai je suis pas fier de moi".

" J'envoie ce message à tous les petits frères qui m'écoutent: Sachez que ce que j'ai fait c'est de la grosse m**** et je vais payer pour ça". Et regardez bien, je vais payer pour ça! "Et ce qui va m'arriver, c'est bien fait pour moi", dit-il.

"J'ai cédé comme un imbécile à la violence et à la haine parce que je ne supportais plus les menaces avec des armes, des propos, ..."

" Ne prenez pas ça en exemple, c'est de la merde. Le mieux c'est de discuter, de réussir à s'entendre et de vivre ensemble".

"C'est la faiblesse et le manque de réactivité de votre système judiciaire qui rend les gens fous", a encore justifié dans un tweet le rappeur, affirmant avoir été victime avec sa famille de harcèlement depuis "des mois".

D'après Le Parisien, "une enquête en flagrance a été ouverte pour violence avec arme et en réunion par le parquet de Lyon" le 11 février au matin.

Dernières nouvelles