L’OMS donne un nouveau nom au coronavirus : "Covid-19"

Un homme portant un masque de protection fait subir à une dame un contrôle de température

L'OMS alerte sur le coronavirus qui constituerait une "très grave menace" pour la planète

Désormais, l'épidémie a fait 1 016 morts en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), selon un bilan officiel publié mardi 11 février.

Comme l'indique le quotidien hongkongais South China Morning Post ce 12 février 2020, le dernier bilan de l'épidémie fait état de 44 794 cas confirmés pour 1 112 décès. Selon des chercheurs locaux, la baisse devrait se confirmer la semaine prochaine et le nombre de nouveaux cas devrait tomber à zéro autour du 23 février.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, s'est exprimé au sujet du nouveau coronavirus chinois ce 11 février lors d'une conférence de presse à Genève, où quelque 400 scientifiques étaient présents.

"Il a notamment appelé tous les pays à faire preuve de " solidarité " en partageant les données dont ils disposent".

En dehors de Chine continentale, le virus a déjà tué deux personnes, une aux Philippines et une autre à Hong Kong, et plus de 400 cas de contamination ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires.

Le cas d'un Britannique a particulièrement retenu l'attention ces derniers jours: sans avoir jamais mis les pieds en Chine, il a contracté le Covid-19 à Singapour et l'a transmis à plusieurs de ses compatriotes lors d'un séjour en France.

Il aurait ainsi accidentellement contaminé au moins 11 personnes, dont cinq sont hospitalisées en France, cinq autres en Grande-Bretagne et un homme de 46 ans sur l'île espagnole de Majorque, où il réside, selon les informations disponibles. Ce qui importe le plus, c'est d'arrêter l'épidémie et de sauver des vies.

Des hommes habillées de combinaisons et de masques
Des policiers s'apprêtent à évacuer des résidents après l'apparition d'un nouveau cas de contamination

Faute de protection adéquate, le personnel hospitalier de Wuhan, la ville chinoise à l'épicentre de l'épidémie, travaille à la merci d'une contamination par le coronavirus.

Pendant ce temps, une mission internationale d'experts de l'OMS est arrivée en Chine.

Il est vrai que la province du Hubei est coupée du monde depuis plusieurs semaines, ce qui explique que l'essentiel des cas d'infections y sont recensés.

Les personnes atteintes de fièvre - un des symptômes de la maladie - ne pourront désormais plus se rendre dans les hôpitaux hors de leur arrondissement, tandis que tous les complexes résidentiels sont soumis à des règles d'entrée et de sortie encore plus drastiques.

Ailleurs en Chine, plusieurs métropoles imposent ou conseillent à leurs habitants de rester chez eux. Les étudiants sont toujours en vacances et les entreprises incitées à laisser leurs employés travailler à domicile.

Le président Xi Jinping, pour la première fois apparu un masque sur le visage, a appelé lundi à prendre "des mesures plus fortes et décisives pour enrayer" la contagion, tout en affirmant que l'impact de l'épidémie serait "de courte durée".

Les deux principaux responsables chargés des questions de santé dans le Hubei ont été limogés, a annoncé mardi la télévision d'Etat.

Dernières nouvelles