Quatre officiers chinois inculpés pour le piratage d'Equifax — USA

Les Etats-Unis inculpent des agents chinois pour l'un des plus gros piratages de l'histoire

Quatre officiers chinois inculpés pour le piratage d'Equifax

L'administration précédente de Barack Obama avait accusé en 2014 cinq militaires chinois d'avoir pénétré dans les réseaux informatiques de grandes sociétés américaines pour siphonner des secrets commerciaux.

L'intrusion de 2017 a touché environ 145 millions de personnes, les pirates ayant réussi à voler des noms, des numéros de sécurité sociale et d'autres informations personnelles stockées dans les bases de données de l'agence d'évaluation du crédit. Il s'agit de "l'un des plus gros piratages de données de l'histoire ", avec environ 145 millions de victimes aux Etats-Unis, a rappelé le ministre de la Justice Bill Barr lors d'une conférence de presse.

Wu Zhiyong, Wang Qian, Xu Ke et Liu Lei, membres d'une unité de recherche de l'armée chinoise, ont été inculpés la semaine dernière à Atlanta pour association de malfaiteurs en vue de commettre une fraude informatique, de l'espionnage économique et une fraude aux communications.

Des clients d'Equifax, dont le rôle est de collecter des données personnelles de consommateurs sollicitant un crédit, avaient également été affectés au Canada et au Royaume-Uni. "Mais un jour, ils commettront une erreur et nous serons là", a assuré le directeur adjoint de la police fédérale, David Bowdich.

Les quatre agents sont accusés d'avoir exploité une faille dans un logiciel utilisé par Equifax sur son site de résolution des litiges.

"Ce vol n'a pas seulement causé d'importants dommages financiers à Equifax, mais a (.) imposé des coûts et un fardeau substantiels à tous ceux qui ont dû prendre des mesures pour se prémunir contre l'usurpation de leur identité", a souligné le ministre de la Justice.

"Aujourd'hui, nous tenons les pirates de l'APL responsables de leurs actes criminels, et nous rappelons au gouvernement chinois que nous avons la capacité de retirer le couvert de l'anonymat d'Internet et de trouver les pirates que ce pays déploie souvent contre nous", a indiqué le procureur général des États-Unis, William Barr, dans un communiqué. Reuters rapport que le ministère chinois des affaires étrangères a déclaré que "le gouvernement et l'armée chinois ne s'engage pas et ne participe pas au vol de secrets commerciaux sur internet". A l'inverse, Geng Shuang a accusé les Etats-Unis d'être eux-mêmes les premiers auteurs de cyberespionnage au monde, avec "une surveillance à grande échelle, organisée et indifférenciée" de gouvernements, entreprises ou particuliers étrangers. Des poursuites judiciaires avaient toutefois été engagées contre Equifax en raison de différents manquements.

L'agence avait également été critiquée parce que ses systèmes de sécurité étaient insuffisants et parce qu'elle avait tardé à révéler la fuite.

L'agence Equifax avait accepté en juillet de payer au moins 575 millions de dollars pour solder différentes enquêtes liées à ce piratage, qui avait entraîné la démission du PDG du groupe, Richard Smith.

Le PDG d'Equifax, Mark Begor, a remercié le ministère de la Justice pour son enquête et a déclaré qu'il était de plus en plus difficile de protéger les entreprises contre les pirates informatiques "d'États-nations, bien financés et qui opèrent en dehors de l'État de droit ".

Dernières nouvelles