Un nouveau bilan de 902 morts en Chine — Coronavirus

– Les premières images des patients infectés par le coronavirus à l’hôpital construit en 10 jours

Coronavirus : 908 morts en Chine depuis le début de l'épidémie

Hors de Chine, 320 personnes sont contaminées par le virus, dont 2 en sont mortes (l'une aux Philippines, l'autre à Hong Kong).

Le nombre de personnes infectées par le nouveau coronavirus en Chine continentale a atteint 40.171, avec plus de 3.000 nouveaux cas recensés, a annoncé lundi la Commission nationale de la Santé.

L'Organisation mondiale de la santé a estimé mardi qu'il y avait une "chance réaliste de stopper" la propagation dans le monde du nouveau coronavirus, qui reste une "très grave menace" et a dépassé la barre des mille morts en Chine. Sans avoir jamais mis les pieds en Chine, un Britannique contaminé par le coronavirus à Singapour l'a ensuite transmis à plusieurs compatriotes lors d'un séjour dans les Alpes en France. "La détection de ce petit nombre de cas pourrait être l'étincelle qui finira par un plus grand feu" épidémique, s'est alarmé lundi le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. Aujourd'hui, une mission internationale d'experts de l'OMS doit arriver dans le pays. "Nous appelons tous les pays à utiliser la fenêtre de tir actuelle pour empêcher ce plus grand feu", a-t-il insisté.

Le président Xi Jinping a appelé lundi à prendre "des mesures plus fortes et décisives pour enrayer résolument l'élan de la contagion", apparaissant pour la première fois portant un masque lors de la visite d'un hôpital à Pékin. "Nous ne voyons peut-être que la partie émergée de l'iceberg", avait averti le docteur Tedros le 9 février.

Les ministres européens de la Santé se réuniront de leur côté en urgence jeudi à Bruxelles pour discuter de mesures coordonnées contre l'épidémie.

En Asie, des milliers de voyageurs et de membres d'équipage demeurent consignés sur deux navires de croisière. Et désormais au Royaume-uni, toute personne contaminée pourra être mise de force en quarantaine.

En outre, l'OMS a annoncé convoquer les 11 et 12 février à son siège de Genève une réunion d'experts pour faire le point sur la recherche et le développement de vaccins et traitements contre le coronavirus.

Alors que la province du Hubei reste coupée du monde depuis plus de deux semaines, sa capitale Wuhan, épicentre de l'épidémie, a encore durci les restrictions imposées à ses habitants.

Par ailleurs, eux hauts responsables du Hubei (centre), ont été limogés, a annoncé mardi la télévision d'État, après des critiques de l'opinion sur leur gestion de la crise. Les autorités locales ont été critiquées pour avoir tardé à réagir à l'épidémie et avoir même réprimandé des lanceurs d'alerte pour "propagation de rumeurs".

En Chine même, la sortie du président Xi coïncide avec une timide reprise du travail lundi en dehors des régions sous quarantaine, même si les étudiants restent en vacances et que les entreprises sont incitées à laisser leurs employés travailler à domicile.

Il s'est aussi voulu rassurant, affirmant que l'impact du virus serait "de courte durée", tout en appelant à "faire très attention à la question du chômage". La mort vendredi de l'un d'entre eux, un médecin de 34 ans, a donné lieu à d'inhabituels appels à la liberté d'expression.

Dernières nouvelles