Coronavirus: 1100 morts, mais le nombre de nouveaux cas baisse

Coronavirus: appelez-le COVID-19

Coronavirus: appelez-le COVID-19

Les autorités sanitaires chinoises ont rapporté, mercredi 12 février, 97 nouveaux décès, rapportant à 1 113 le nombre de personnes décédées du coronavirus en Chine continentale, relate 20 Minutes.

Le virus, désormais officiellement appelé par l'OMS "Covid-19" - et non plus "2019-nCoV", le nom adopté à titre provisoire - y a provoqué la mort de 1113 personnes, selon les autorités sanitaires chinoises.

Plus de 42 600 personnes ont, à l'heure actuelle, été contaminées en Chine continentale, et au moins 1 016 d'entre elles sont mortes.

Le nombre de nouveaux cas quotidiens rapportés mercredi (2015) a sensiblement diminué par rapport à celui de la veille (2478) et de l'avant-veille (3062), selon la Commission nationale (ministère) de la santé.

Un optimisme prudent partagé par l'OMS.

" Nous sommes très encouragés par la tendance actuelle ", a dit le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le docteur Tedros a également appelé tous les pays à faire preuve de "solidarité" en partageant leurs données scientifiques. Il s'agissait dans les deux cas de ressortissants chinois. Au Japon, 34 nouveaux cas de coronavirus ont été détectés dans le paquebot placé en quarantaine.

En cas d'échec à contrôler l'épidémie, la contamination pourrait atteindre 60 % de la population mondiale, estime-t-il, "un chiffre énorme", a rappelé le professeur Leung car même si le taux de mortalité stagnait autour de 1 %, le nombre de décès serait alors massif.

"À ce stade, parmi les personnes (évacuées du navire et) hospitalisées, quatre sont dans un état grave, sous assistance respiratoire ou soins intensifs", a précisé le ministre japonais de la Santé Katsunobu Kato.

Le coronavirus inquiète dans l'Union européenne (UE), où plusieurs cas ont été déclarés en Allemagne (16), en France (11) et en Italie (3).

Les ministres européens de la Santé se réuniront de leur côté en urgence jeudi à Bruxelles pour discuter de mesures coordonnées contre l'épidémie.

Mais un scénario redouté s'est concrétisé: sans avoir jamais mis les pieds en Chine, un Britannique contaminé par le coronavirus à Singapour l'a ensuite transmis à plusieurs compatriotes lors d'un séjour dans les Alpes en France, avant d'être diagnostiqué en Grande-Bretagne.

" La préoccupation mondiale relative à l'épidémie de coronavirus, les inquiétudes sur les voyages et d'autres circonstances rendent impossible l'organisation de cet événement", a plaidé l'Association mondiale des opérateurs télécoms (GSMA) qui l'organise.

Jusqu'alors, la majorité des contaminations identifiées à l'étranger impliquait des personnes revenues de Wuhan, épicentre de l'épidémie.

Dernières nouvelles