La Chine dit avoir trouvé un moyen efficace de traiter le coronavirus

La Commission sanitaire du Hubei a aussi annoncé que 14 840 cas supplémentaires de contamination ont été répertoriés mercredi

La Commission sanitaire du Hubei a aussi annoncé que 14 840 cas supplémentaires de contamination ont été répertoriés mercredi

La Commission nationale de la santé, qui fait office de ministère, a annoncé ce vendredi 121 nouveaux décès de personnes atteintes de pneumonie virale Covid-19 durant les dernières 24 heures.

.

Selon la Commission de la santé du Hubei, ce bond est dû à une nouvelle définition plus élargie des cas d'infection. Désormais, elle comptabilise aussi les cas "diagnostiqués cliniquement". "C'est-à-dire qu'une radio pulmonaire sur les cas suspects peut être considérée comme suffisante pour diagnostiquer le virus, plutôt que les tests standards d'acide nucléique", a-t-elle indiqué, confirmant une information du journal Le Figaro.

Cette nouvelle méthode, qui a pour effet de sensiblement gonfler le nombre de morts et de personnes officiellement contaminées dans le Hubei, permet toutefois d'administrer aux patients un traitement "le plus tôt possible" et d'être "cohérent" avec la classification utilisée dans les autres provinces.

La plupart des décès sont intervenus dans la province du Hubei. Il est remplacé par le maire de Shanghai, Ying Yong, réputé proche du président Xi Jinping.

De nombreux Chinois accusaient depuis plusieurs semaines les autorités locales d'avoir tardé à réagir face aux premiers cas de la maladie.

Un mécontentement devenu fureur après la mort, le 7 février, de Li Wenliang, 34 ans, l'un des premiers médecins à avoir alerté sur l'épidémie. Les deux plus hauts responsables provinciaux du ministère de la Santé avaient été démis de leurs fonctions.

Les chiffres annoncés le 13 février tranchent avec ceux de la veille, où les autorités chinoises avaient fait état du plus faible nombre de nouvelles contaminations depuis près de deux semaines.

" Nous avons un gouvernement qui coopère avec nous, qui invite des experts internationaux, qui a partagé des séquences [du virus], qui continue à œuvrer avec le monde extérieur, qui a publié encore et encore dans des revues médicales internationales crédibles", a souligné le chef du département des urgences sanitaires de l'OMS, Michael Ryan.

Le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a ensuite renchéri, préconisant "une extrême prudence". "Il y en a", a notamment dit M.Ozerov, rapporté par sputniknews, au sujet de l'information selon laquelle aucun cas confirmé de coronavirus sur le continent africain n'avait été repéré.

Plusieurs sites à Hanoï et à Ho Chi Minh-Ville mais aussi dans le nord et dans le centre du pays ont été reconvertis en hôpitaux ou en centres de confinement. Plus largement, au niveau international, des dizaines de compagnies aériennes ont réduit ou suspendu totalement les vols en direction ou en provenance de la Chine continentale.

Dernières nouvelles