Déjà 1380 morts en Chine, dont 6 personnels soignants — Coronavirus

En Chine deuxième jour de baisse du nombre des nouveaux cas de COVID-19

Le coronavirus a fait au moins 1355 morts en Chine

Le bilan des victimes du nouveau coronavirus dans la province du Hubei s'est alourdi de 242 décès, pour un total d'au moins 1 355 morts en Chine, annoncent ce jeudi les autorités locales. Quelque 13 332 des nouveaux cas d'infection et une grosse moitié des nouveaux décès recensés ont été répertoriés selon le nouveau protocole, précise la commission.

"Nous sommes un peu déçus du manque de transparence de la part des Chinois", s'est désolé devant la presse Larry Kudlow, le principal conseiller économique du président Donald Trump. " Est-ce que le bureau politique (l'instance dirigeante du Parti communiste, NDLR) est vraiment honnête avec nous?"

Jeudi, une quarantaine a été pour la première fois édictée au Vietnam, dans une commune située près de Hanoï.

Ils laissent derrière eux une situation difficile.

La Commission de la santé de Hubei a ajouté qu'il y a eu 14 840 nouveaux malades dans cette province du centre du pays, foyer de l'épidémie de la maladie, désormais appelée COVID-19, ce qui porte le total à près de 60 000 cas.

Les risques d'être contaminés sont plus forts dans les hôpitaux.

Le bilan du coronavirus est passé jeudi à 1355 morts en Chine et près de 60'000 contaminés. Mais, paradoxalement, ils ne sont pas forcément synonyme d'une aggravation.

Le ministère égyptien de la Santé a annoncé vendredi avoir enregistré le premier cas de nouveau coronavirus sur le continent africain. En clair, des patients suspects ayant subi une simple radio pulmonaire pourront désormais être considérés comme des malades "confirmés".

Jusqu'à présent, un test de dépistage était indispensable pour déclarer un cas "confirmé".

Les fluctuations du nombre de cas quotidiens rapportés par la Chine ont néanmoins intrigué Washington.

Les autorités chinoises ont justifié cette nouvelle méthode de comptabilisation par la volonté de faire bénéficier au plus vite les patients dun traitement.

"Le gouvernement a récemment redoublé d'efforts pour faire face à l'ampleur de l'épidémie au Hubei et au besoin considérable de soins par la population", a estimé l'organisation dans un communiqué.

Manipulation ou pas, le secrétaire du PCC dans le Hubei, Jiang Chaoliang, a été démis de ses fonctions.

Le secrétaire du PCC pour la ville de Wuhan, Ma Guoqiang, qui s'était lui-même reproché fin janvier une réaction trop lente à l'apparition du virus, a également été limogé.

Les chiffres annoncés le 13 février tranchent avec ceux de la veille, où les autorités chinoises avaient fait état du plus faible nombre de nouvelles contaminations depuis près de deux semaines.

À Bruxelles, les ministres européens de la Santé ont souligné la nécessité de mieux se coordonner face à l'épidémie et de se prémunir contre des ruptures d'approvisionnement en équipements de protection en provenance de Chine.

La commissaire chargée de la Santé Stella Kyriakides s'est voulue rassurante, indiquant que "tous les Etats membres avaient des plans d'action et un bon niveau de préparation". Les représentants de nos pays étaient à Wuhan il y a plusieurs semaines.

Un navire de croisière américain, le Westerdam, est arrivé au Cambodge où ses passagers vont enfin pouvoir débarquer. Le bateau avait erré en mer plus de dix jours, plusieurs ports asiatiques lui interdisant d'accoster par crainte du coronavirus. D'après l'opérateur, aucun cas n'a été détecté à bord.

Après le bond record d'hier et les 15.000 nouveaux cas de contamination annoncés par les autorités sanitaires en une journée, Pékin revient sur ses calculs.

Delta Air Lines avait de son côté annoncé la suspension des liaisons avec la Chine jusqu'au 30 avril.

Dernières nouvelles