L’épidémie passe le cap des 1500 morts — Coronavirus

Virus: le bilan explose en Chine après un changement de calcul, des têtes tombent

L’épidémie passe le cap des 1500 morts — Coronavirus

Le bilan de l'épidémie du nouveau coronavirus a dépassé samedi les 1.500 morts, la France faisant état du premier décès survenu en Europe, tandis que Pékin imposait une quarantaine à tous les arrivants dans la capitale chinoise.

Mais le principal foyer d'infection hors de Chine reste le paquebot de croisière Diamond Princess, en quarantaine au Japon: 285 cas de contamination y ont été confirmés, dont 67 nouveaux cas annoncés samedi. La Commission nationale de la santé, qui fait office de ministère, a annoncé ce vendredi avoir révisé à la baisse son bilan de l'épidémie de coronavirus - désormais de 1.380 morts - en raison de " doublons " et après l'adoption la veille d'une nouvelle méthode de comptabilisation.

En raison d'un afflux de patients dans les hôpitaux du Hubei et d'une pénurie de fournitures de protection (masques, combinaisons intégrales), une partie du personnel soignant se retrouve à la merci d'une contamination par le virus.

La ville de Wuhan, où est apparu en décembre le nouveau coronavirus, et la province environnante du Hubei restaient coupées du monde le 14 février via un draconien cordon sanitaire en vigueur depuis plus de trois semaines. L'article ne précise pas si la décision s'applique immédiatement ni si elle concerne les non-résidents ou les personnes arrivant de l'étranger.

La Chine concentre 99,9% des décès dus au coronavirus enregistrés dans le monde.

En Chine même, la lutte contre le virus constitue "un grand test pour le système et les capacités de gouvernance du pays", a reconnu vendredi le président chinois Xi Jinping.

Toutefois, cette augmentation du nombre des nouveaux cas "ne représente pas un changement significatif de la trajectoire de l'épidémie", a estimé à Genève le chef du département des urgences sanitaires de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Michael Ryan. L'épidémie a révélé des "lacunes et insuffisances", a-t-il concédé, appelant à améliorer le système de santé national, des propos tenus lors d'une réunion du Parti communiste chinois (PCC).

Virus: le bilan explose en Chine après un changement de calcul, des têtes tombent
L’épidémie passe le cap des 1500 morts — Coronavirus

Après avoir initialement félicité Pékin pour son "travail très professionnel", les Etats-Unis avaient déploré jeudi un "manque de transparence de la part des Chinois", regrettant que le pays n'ait pas donné suite à la proposition d'envoi d'experts américains. Les deux chefs du PCC pour le Hubei et Wuhan, fustigés par l'opinion publique pour leur gestion de la crise, ont été limogés jeudi. Interrogé sur le sujet, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a souligné vendredi que Pékin faisait preuve de "transparence" depuis le début de l'épidémie.

Le 14 février, l'OMS a pris la défense de Pékin, affirmant que le gouvernement chinois "coopère avec [elle], invite des experts internationaux, a partagé des séquences [du virus], continue à œuvrer avec le monde extérieur". Un bond record dû à une nouvelle définition plus large des cas d'infection, dépeignant une épidémie plus grave que rapporté jusqu'à présent.

Jusqu'à présent, un test de dépistage était indispensable pour déclarer un malade comme un cas " confirmé ".

La Chine a annoncé jeudi plus de 15.000 contaminations supplémentaires par le coronavirus.

Dorénavant, les malades de la province "diagnostiqués cliniquement" sont aussi comptabilisés.

Ces nouveaux cas de contamination (+ 15 152 cas et 254 décès supplémentaires hier auxquels sont venus s'ajouter 116 décès annoncés la nuit dernière) sont le signe d'une sous-estimation de l'ampleur de l'épidémie mais paradoxalement ne sont pas forcément synonymes d'une aggravation.

Dernières nouvelles