La liste de l'ONU qui déchaîne les passions — Colonies israéliennes

Un Palestinien brandit un drapeau devant Modiin Illit l’une des plus grandes colonies en Cisjordanie occupée

Un Palestinien brandit un drapeau devant Modiin Illit l’une des plus grandes colonies en Cisjordanie occupée.- Mohamad Torokman Reuters

(Genève, le 13 février 2020) - La publication par un organe des Nations Unies d'une liste d'entreprises qui contribuent au fonctionnement de colonies israéliennes considérées comme illégales permettra d'interpeller ces entreprises sur leur rôle dans certaines violations des droits humains, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. On y trouve aussi de grands groupes internationaux comme Airbnb, Booking.com, Expedia, TripAdvisor, Motorola, General Mills, et les Françaises Egis Rail, Egis SA et Alstom. "Ce document " traduit l'attention sérieuse qui a été apportée " à ce travail " sans précédent et particulièrement complexe", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

"Publier cette liste d'entreprises et d'entités qui opèrent dans les colonies est une victoire pour le droit international et nos efforts diplomatiques afin d'assécher les puits du système colonial incarné par les colonies illégales dans les Territoires palestiniens occupés", a ainsi déclaré Riyad Al-Maliki, le chef de la diplomatie palestinienne. Cette liste "ne constitue pas, et n'entend pas constituer, un processus judiciaire ou quasi-judiciaire", précise le communiqué, en référence implicite aux craintes israéliennes de la voir servir de base à des campagnes de boycott.

Pour le conseil de Yesha, la plus importante organisation de colons, l'ONU a "une fois encore prouvé qu'elle était un organisme (.) non neutre qui agit contre l'État d'Israël". Parmi elles, 94 ont leur siège en Israël, et 18 autres se répartissent entre six pays différents. Pour chacune des 112 entreprises de la liste, "il y a des bases raisonnables pour conclure qu'elles ont été impliquées dans une ou plusieurs activités particulières référencées" dans la résolution de 2016. "Ces derniers ont salué cette publication". Tous travaillent dans les territoires palestiniens occupés par Israël, où elles exploitent les très mauvaises conditions des occupés pour faire plus de profits.

Sa diffusion, très attendue, intervient deux semaines après l'annonce du projet du président américain Donald Trump pour mettre un terme au conflit israélo-palestinien, un plan qualifié d'"historique" par les Israéliens et vigoureusement rejeté par les Palestiniens.

Plus de 600.000 colons israéliens vivent en Cisjordanie et à Jerusalem-Est, où la tension est souvent vive avec la population palestinienne.

Dernières nouvelles