Le bilan mondial approche les 1.700 morts — Coronavirus

L'OMS alerte sur le coronavirus qui constituerait une

Chine : Le virus progresse et les têtes tombent

Le bilan de l'épidémie de pneumonie virale s'est encore alourdi dimanche en Chine et approche désormais les 1.700 morts, mais le rythme de contamination amorce une décrue.

Le coronavirus Covid-19 a causé vendredi 14 février 143 décès supplémentaires en Chine continentale, ont rapporté samedi les autorités sanitaires chinoises, ce qui porte à 1523 le nombre de cas mortels dans le pays depuis que le virus s'est déclaré à Wuhan en décembre dernier.

Le nombre de morts causées en Chine continentale par le nouveau coronavirus approchait dimanche 16 février 2020, les 1700.

La capitale oblige désormais toutes les personnes arrivant de l'extérieur à s'auto-imposer une quarantaine de 14 jours à leur domicile ou leur hôtel, sous peine de sanctions, a rapporté le Beijing Daily, un quotidien officiel. Le ministère égyptien de la Santé a annoncé vendredi avoir enregistré le premier cas sur le continent africain.

L'épidémie de Covid-19 maintient le monde en alerte, avec près de 600 cas confirmés de contamination dans une trentaine de pays.

Quelque 3.700 passagers et membres d'équipage restent confinés dans leurs cabines. Un porte-parole du département d'Etat américain a annoncé que les ressortissants des Etats-Unis se trouvant à bord seraient évacués et subiraient une quarantaine de deux semaines à leur retour sur le sol américain.

Le régime du président Xi Jinping fait face à une vague inédite de mécontentement pour avoir tardé à réagir à l'épidémie.

L'OMS alerte sur le coronavirus qui constituerait une
Coronavirus: plus de 1.500 morts en chine et un 1er cas en Afrique

Après avoir initialement félicité Pékin pour son "travail très professionnel", les Etats-Unis avaient déploré jeudi un "manque de transparence de la part des Chinois".

Impossible de garder confidentielle plus longtemps cette triste réalité: dans les hôpitaux de Wuhan, de plus en plus de lits sont occupés par les médecins et infirmiers contaminés par leurs patients."À l'heure actuelle, les tâches des travailleurs médicaux sont extrêmement lourdes, les conditions de travail sont difficiles, les pressions psychologiques sont grandes et le risque d'infection est élevé", a reconnu le vice-ministre de la commission nationale de la Santé, Zheng Yixin, lors d'une conférence de presse vendredi soir.Le Covid-19 a infecté plus de 1 700 blouses blanches, en majorité dans la province du Hubei (87%) et 6 sont décédées des suites de la pneumonie virale, dont Li Wenliang, un jeune ophtalmologue parmi les premiers à alerter sur l'épidémie.

Jusqu'à présent, un test de dépistage était indispensable pour déclarer un malade comme un cas " confirmé ".

Les autorités sanitaires du Hubei ont annoncé jeudi à la surprise générale un élargissement de leur définition des personnes contaminées par le nouveau coronavirus. Dorénavant, les patients " diagnostiqués cliniquement " seront aussi comptabilisés.

Zhong Nanshan, un expert médical chinois vétéran de la lutte contre le Sras (2002-2003), a déclaré s'attendre à un pic de l'épidémie "d'ici à la mi- ou la fin février".

Plus prudente, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) juge quant à elle qu'il est "beaucoup trop tôt" pour faire des prévisions.

La Chine concentre 99,9% des décès dus au coronavirus enregistrés dans le monde. "Nous demandons à tous les gouvernements, toutes les compagnies et tous les médias de travailler avec nous pour faire retentir le niveau d'alarme requis sans attiser les flammes de l'hystérie".

Dernières nouvelles