Racisme dans les stades : Le soutien des footballeurs à Marega

Semedo soutient Marega. EFE

Prochain article Article précédent Pin Semedo soutient Marega. EFE Whatsapp Twitter Facebook Commentaires 0

Après avoir signé le but de la victoire (2-1) de son équipe à l'heure de jeu, dimanche 16 février, lors d'un match du championnat du Portugal, Moussa Marega a fait l'objet de cris racistes venus des tribunes du stade de Guimaraes.

Une décision qui a provoqué l'indignation de Marega, qui a de nouveau été visé par des cris racistes quelques minutes plus tard, ce qui l'a poussé à sortir. Après cet " acte honteux " l'international malien a quitté la pelouse même si son entraîneur et ses coéquipiers le lui a empêché.

Les années passent et le fléau du racisme n'a toujours pas été éradiqué dans les stades de football. Alors que l'Italie a connu des jours très agités suite aux polémiques entourant Mario Balotelli ou encore Romelu Lukaku, que l'Allemagne (Jordan Torunarigha) et la France (Prince Gouano) ont également connu des épisodes de ce type cette saison, au tour du Portugal de faire les gros titres concernant ce sujet. Furieux, l'attaquant franco-malien des Dragons a décidé de quitter le terrain et a réussi à rentrer aux vestiaires tant bien que mal, à la 71e minute de la rencontre. Allez vous faire fou***, a lâché le joueur sur Instagram.

" Je voudrais juste dire à ces idiots qui viennent au stade pour lancer des cris racistes... allez vous faire f..." J'espère ne plus jamais vous revoir sur un terrain de football! L'Aigle du Mali y ajoute des mots pour exprimer toute sa rage à l'encontre des individus qui l'ont insulté.et à l'encontre du corps arbitral. Nous sommes une famille, indépendamment de la nationalité, de la couleur de peau ou de cheveux.

Le club du Guimaraes entend agir avec fermeté et en pleine coopération avec les entités judiciaires compétentes. L'entraîneur a également posté une photo sur les réseaux sociaux, avec le message suivant: "Nous sommes tous Moussa". N'hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone "Ajouter un commentaire".

Dernières nouvelles