Le bilan en Chine dépasse les 1800 morts — Coronavirus

Chine  Covid-19: le bilan dépasse la barre de 2000 décès

Coronavirus : Près de 1.900 morts en Chine

Le dernier bilan du nouveau coronavirus fait état d'au moins 2 000 morts et plus de 72 000 personnes contaminées en Chine. Depuis quelques semaines, la Chine place de facto en quarantaine la quasi-totalité du Hubei.

Les autorités chinoises, qui ont bouclé le Hubei pour tenter de contenir l'épidémie, estiment que la propagation du virus est en voie d'être contrôlée, le nombre de cas rapportés en dehors cette province du centre du pays étant en nette diminution jour après jour. Le 4 février, elles étaient 890.

Le nombre de contaminations en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), a grimpé mardi à 72300.

Liu Zhiming, le directeur de l'un des principaux hôpitaux de Wuhan, épicentre de l'épidémie, est mort.

Mais l'épidémie suscite toujours de nombreuses craintes, jusqu'en Europe. Lors d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre britannique, Boris Johnson, Xi Jinping a affirmé que la lutte contre l'épidémie engendrait "des progrès visibles", rapporte l'agence Chine nouvelle citée par Le Figaro.

Au Japon, le débarquement graduel de plusieurs centaines de passagers du Diamond Princess a débuté ce mercredi, après deux semaines de mise en quarantaine du navire de croisière au port de Yokohama, près de la capitale Tokyo. Plus de 74 000 personnes sont désormais infectées par le virus en Chine continentale, selon les chiffres de la commission. En théorie, la période de quarantaine débutée le 5 février s'achève ce mercredi. Plus de 300 Américains ont ainsi été rapatriés par avion vers les Etats-Unis, où ils ont entamé lundi une quarantaine de 14 jours la durée maximale supposée de l'incubation.

Et un responsable japonais a annoncé mardi qu'environ 500 passagers allaient quitter le paquebot mercredi, après avoir reçu des résultats négatifs de tests au nouveau coronavirus.

"Les mesures doivent être proportionnées à la situation, prises sur la base de preuves et d'éléments de santé publique", a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, soulignant que "le risque zéro n'existe pas".

Samedi, le virus a été diagnostiqué chez une ex-passagère américaine de 83 ans arrivée en Malaisie. Mais des dizaines d'autres voyageurs ont, comme elle, déjà quitté le Cambodge pour rentrer chez eux, laissant craindre une propagation de l'épidémie.

Une femme portant un masque de protection contre le coronavirus fait ses courses dans un supermarché de Pékin, le 16 février 2020.

"Si nous devons interrompre toutes les croisières du monde au cas où il y aurait un contact potentiel avec un possible agent pathogène, où nous arrêterons-nous?", a déclaré le Dr Michael Ryan, directeur des urgences de l'OMS. La Russie interdit l'entrée sur son territoire aux chinois.

L'Australie a également annoncé, ce lundi, qu'elle allait à son tour évacuer ses 200 ressortissants à bord du paquebot.

Face à l'épidémie, Pékin a annoncé mardi une exemption de droits de douane punitifs qu'il imposait dans le cadre de sa guerre commerciale avec Washington sur certains produits médicaux américains.

Des équipements utilisés pour la transfusion de patients ou mesurer la pression artérielle seront ainsi exemptés à partir du 2 mars.

Dernières nouvelles