Michael Bloomberg fait son entrée en scène — Débat démocrate

Le candidat aux primaires démocrates Bernie Sanders le 26 février 2020 à Myrtle Beach en Caroline du Sud

Le candidat aux primaires démocrates Bernie Sanders le 26 février 2020 à Myrtle Beach en Caroline du Sud 1/2

Il devance Joe Biden ainsi que le richissime homme d'affaires Michael Bloomberg. En chute, l'ancien vice-président Joe Biden arrive quant à lui en deuxième position tandis qu'Elizabeth Warren n'est qu'en quatrième place, suivie par deux modérés avec le vent en poupe, l'ex-maire de South Bend Pete Buttigieg puis la sénatrice Amy Klobuchar.

Le candidat démocrate à la Maison Blanche Michael Bloomberg, le 13 décembre 2019 à Alexandria, en Virginie. Sanders et Bloomberg ont intensifié leurs attaques mutuelles, le premier accusant l'ancien maire de New York de vouloir "acheter" l'élection tandis que le second reprochait au sénateur du Vermont et à ses partisans de nuire à l'unité du parti. L'ancien maire de New York et patron de l'agence de presse Bloomberg finance sa candidature à coup de centaines de millions de dollars tirés de ses fonds personnels.

A 78 ans, il entrera donc dans la course lors du "Super Tuesday " du 3 mars, lorsque les 14 prochains Etats voteront. C'est celui ou celle qui obtiendra une majorité de délégués (1991) qui représentera le parti démocrate face au milliardaire républicain.

Fort de ses réussites dans l'Iowa et le New Hampshire, M. Buttigieg a tenté mercredi de se présenter en alternative entre MM. Sa fortune personnelle est estimée à 60 milliards de dollars.

Parce que contrairement à ce que disent ses concurrents pour les primaires démocrates, non seulement, il n'est pas qu'un milliardaire (self-made man venu d'un milieu modeste, faut-il ajouter, encore une différence avec Trump) mais qu'il a aussi un bilan qui est plus qu'honorable en matières environnementale, de lutte contre la violence par armes à feu, de création d'emplois, d'assurance santé, de lutte contre la criminalité, sans oublier les millions de dollars qu'il a dépensé pour faire battre une vingtaine de représentants républicains extrémistes et permettre ainsi aux démocrates de redevenir majoritaires à la Chambre des représentants lors des élections de mi-mandat de novembre 2018.

Ancien républicain devenu indépendant avant de passer démocrate, Bloomberg y met aussi en avant ses propositions censées aider les minorités.

Bernie Sanders « fier d'être Juif » dans sa nouvelle vidéo de campagne
Présidentielle USA 2020. Bloomberg va-t-il «remplacer» Biden?

Les critiques fusent aussi du côté des candidats modérés, qui s'indignent d'anciens propos et politiques de Michael Bloomberg, perçus comme discriminatoires. À commencer par la politique des interpellations et fouilles arbitraires qu'il a soutenue quand il était à City Hall, malgré les accusations de contrôles au faciès. Quant à l'arrivée sur le court de Michael Bloomberg, d'entrée ses adversaires l'accusent de ne pas pratiquer le coup droit mais le coup tordu.

- Railleries de Trump - Les deux milliardaires croisent d'ailleurs déjà le fer sur les réseaux sociaux.

Un nouveau sondage NPR / PBS NewsHour / Marist publié mardi montre Bloomberg avec 19% de soutien national dans le concours de nomination démocrate.

Michael Bloomberg le lui rend bien, en affirmant que le républicain a peur de l'affronter à la présidentielle.

Parce que contrairement à ce que pensaient nombre de commentateurs médiatiques et de "pundits" (experts) mais surtout ses rivaux, il n'a pas été qu'un feu de paille et il se positionne désormais en troisième position dans la course à l'investiture alors même qu'il n'a pas encore participé à aucune primaire et aucun caucus et que ce ne sera toujours pas le cas pour les prochains.

Bernie Sanders arrive aussi en tête de la moyenne des rares sondages menés dans le Nevada, suivi par Joe Biden.

Dernières nouvelles