Covid-19 : deux décès en Italie, le nord du pays se barricade

Coronavirus le nombre de décès quotidien repart à la hausse en Chine

COVID-19 : l'inquiétude se déplace hors de Chine

L'annonce de ces décès survient alors qu'un vent de panique souffle sur le pays: une trentaine cas de contamination y a été répertoriée, ce qui en fait l'État le plus touché en Europe par l'épidémie apparue en décembre à Wuhan, au centre de la Chine. Ce samedi 22 février, plus de cinquante Italiens étaient recensés comme atteints par le virus. Codogno (à 60 km au sud de Milan), la première localité à avoir fermé des lieux publics après l'annonce de premiers cas vendredi soir, ressemblait à une ville morte samedi.

Alberto, un habitant de 68 ans, évoque un silence "ouaté". "Quand je rencontre quelqu'un je garde mes distances, sinon je fais un détour pour ne croiser personne".

Au total, 2345 décès et 76.288 personnes ont été diagnostiquées porteuses du virus depuis l'apparition du coronavirus dans l'ex-Empire du milieu, foyer de l'épidémie.

Le chiffre quotidien des nouveaux cas de contamination au coronavirus est en plus forte baisse encore, avec quelque 400 nouveaux cas contre près de 900 vendredi. Un premier décès, celui d'un homme de 78 ans, avait été annoncé dans la nuit.

Attilio Fontana, le président de Lombardie, a dit lors d'une conférence de presse être "en attente d'une décision du gouvernement pour l'utilisation d'au moins une des deux structures militaires à Baggio ou Piacenza" pour y placer en quarantaine des personnes à risque.

Les autorités sanitaires de la Lombardie n'ont pas identifié avec certitude la personne à l'origine de l'épidémie, mais selon l'agence Ansa, cela "pourrait" être un Italien rentré de Chine récemment qui aurait dîné à plusieurs reprises avec l'homme hospitalisé. Son épouse enceinte de 8 mois, un ami avec lequel il faisait du sport et trois personnes qui fréquentaient un petit bar local, font partie des cas avérés. Citons d'autres pays ayant vu leur bilan s'alourdir: l'Iran avec 28 cas pour 5 décès et l'Italie (34 cas pour 2 décès) où 11 villes ont instauré un semi-confinement avec la fermeture d'écoles, bars, supermarchés et autres lieux de rassemblement pour une semaine. Même les défilés de carnaval ont été annulés. Les habitants ont été priés de rester chez eux.

A Codogno, samedi, deux pharmacies, une boulangerie, une rôtisserie et un magasin d'électronique avaient bravé les consignes tandis que de rares passants circulaient à vélo ou à pied avec souvent un masque sur la bouche, a constaté le photographe de l'AFP. "Si ça continue il va falloir la protection civile".

En Vénétie en revanche, "la grande question" reste l'origine de la contamination, a assuré Luca Zaia, président de Vénétie, sur Rainews24. Ils s'ajoutent à trois premiers cas soignés à Rome, selon la télévision Sky Italia, parmi lesquels deux touristes chinois placés un temps en soins intensifs mais dont l'état s'est nettement amélioré ces derniers jours.

Au Japon, une centaine de croisiéristes qui étaient en contact étroit avec des personnes infectées présentes sur le Diamond Princess ont commencé samedi à débarquer du paquebot, placé en quarantaine dans le port japonais de Yokohama, ont indiqué des médias locaux.

Dernières nouvelles