Loginov dans le viseur — Dopage

Alexander Loginov skie pendant une compétition

Alexander Loginov

L'ambassade de Russie en Italie a demandé des explications auprès de la diplomatie italienne sur les perquisitions qui ont eu lieu tôt le matin le 22 février chez le champion russe de biathlon Alexander Loginov et son entraîneur Alexander Kasperovich lors des Mondiaux de biathlon en Italie.

Comme Vladimir Drachev l'a précisé auprès de Sputnik, cette visite de la police a été demandée par l'un des membres de l'Union internationale de biathlon chargé de l'application des lois. Les agents agissaient dans le cadre du délit présumé "d'utilisation ou administration de produits dopants ". "Deux personnes sont concernées, tous les deux de nationalité russe, un athlète et son préparateur", a déclaré un porte-parole des carabinieri.

L'opération de police à l'hôtel Bagni di Salomone à Anterselva a pris fin en début de matinée.

Loginov, 28 ans, n'est pas un inconnu des autorités antidopage: il a purgé entre 2014 et 2016 une suspension de deux ans pour dopage à l'EPO et son sacre à Anterselva, où il a également remporté la médaille de bronze de la poursuite, avait suscité un malaise parmi les biathlètes.

Ce n'est pas la première fois qu'une descente de police a lieu durant des Championnats du monde de biathlon ou de ski de fond.

Selon une vidéo de la chaîne Russe Match TV, il s'agirait d'Alexander Loginov, récent vainqueur du sprint d'Antholz, que l'on voit se diriger vers son véhicule accompagné de policiers, et de l'entraîneur russe Alexander Kasperovic.

En 2019 à Seefeld en Autriche durant les Championnats du monde de ski de fond, la police avait même interpellé cinq athlètes, dont l'un était en pleine opération de dopage sanguin. Ils n'étaient intéressés que par mes affaires.

"Je me demande si la police, après avoir saisi son ordinateur portable et son téléphone, ne dise qu'elle a besoin d'informations complémentaires et ne lui demande de ne pas participer à la course", a-t-il expliqué.

Le comité olympique russe a fait part de "son extrême inquiétude".

Dernières nouvelles