Coronavirus : le constat peu rassurant de l’OMS sur l’Afrique concernant l’épidémie

Covid-2019 : Onze communes cloitrées en Italie, l’épidémie se propage en Corée du Sud et en Iran

Coronavirus:l'extension rapide confirme les doutes de l'OMS

Inquiets de la contagion en Iran, l'Arménie, la Turquie, la Jordanie, le Pakistan, l'Irak et l'Afghanistan ont fermé leurs frontières ou restreint les échanges avec ce pays. Les autorités chinoises ont créé une certaine confusion sur les bilans des contaminations et des décès en Chine en modifiant à plusieurs reprises leurs méthodes de comptage. Une centaine de cas sont liés à un hôpital à Cheongdo, une ville où l'Église de Shincheonji de Jésus est très représentée. Le coronavirus s'est introduit en Lombardie (à 60 kilomètres de Milan) et a contaminé 152 personnes.

La fermeture des écoles a été prolongée d'une semaine et la surveillance des personnes en provenance de Chine va être renforcée durant deux semaines. Mais dans le doute, le ministère de la Santé a publié sur son site le détail des pérégrinations des touristes sud-coréens, demandant aux Israéliens ayant été en contact avec eux de rester en quarantaine et de contacter les autorités sanitaires.

L'épidémie du Covid 2019 continue à se propager en Corée du Sud, en Iran et dans son berceau chinois.

L'épidémie a tué près de 2 600 personnes et infecté quelque 77 000 personnes en Chine, avec de nouveaux cas et des décès survenus en Europe, au Moyen-Orient et en Asie ces derniers jours.

Face à la flambée de cas en Italie, passés de 6 à 219 en quatre jours, la Commission européenne ne souhaite cependant pas dans l'immédiat le rétablissement de contrôles aux frontières à l'intérieur de l'UE, une décision qui reste à l'initiative des Etats membres.

La Chine n'est désormais plus la seule à employer cette méthode radicale. Trois personnes sont décédées, portant à cinq le nombre de victimes de ce virus dans le pays. L'Italie compte déjà "plus de 100 cas" de nouveau coronavirus depuis la découverte de foyers autochtones, a déclaré ce dimanche à la télévision SkyTG24 le président de la région Lombardie. Il devait se terminer mardi mais les masques médicaux ont finalement remplacé les masques vénitiens. De leurs côtés, Israël et le Liban ont tous les deux annoncé un cas avéré de coronavirus. Selon la police, citée par l'agence autrichienne APA, deux passagères allemandes ont été prises en charge pour des examens médicaux peu après leur départ de Venise.

Au cours du week-end, plusieurs pays ont signalé une augmentation surprenante des cas de COVID-19, le nom officiel de la maladie respiratoire causée par le virus.

Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, interrogé sur la chaîne publique Rai Uno, avait appelé à "ne pas succomber à la panique et à suivre les consignes des autorités sanitaires". Mais la grande crainte des habitants est celle de manquer de vivres. "C'est une bonne nouvelle, mais elle doit être interprétée avec beaucoup de prudence". Ces mesures devaient atténuer la quarantaine sous laquelle est placée la cité de 11 millions d'habitants depuis le 23 janvier. Plus de 630 personnes ont contracté le coronavirus à bord de ce navire, qui a été placé en quarantaine début février.

Pour l'instant, le taux de léthalité du coronavirus est plus élevé que celui de la grippe cette année (entre 0,1 et 0,2%), mais moins que celui du SRAS (9,6%) et du MERS (35%). Ils ont été transférés dans un centre d'infection.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé l'équipement d'hôpitaux pour l'accueil et le traitement des cas de coronavirus.

Dernières nouvelles