Le procès Fillon reporté à mercredi — Grève des avocats

Francois et Penelope Fillon

Le procès Fillon renvoyé à mercredi en raison de la grève des avocats AFP 2019 LIONEL BONAVENTURE

Il pourrait toutefois connaître un faux départ, en raison d'une demande de renvoi de cette seule première journée formulée par la défense en soutien à la grève des avocats contre la réforme de leur régime autonome de retraite.

Les époux Fillon sont arrivés peu après 13 h au tribunal dans une nuée de caméras, sans faire de déclaration.

A 65 ans, François Fillon, qui faisait figure de favori dans la course présidentielle de 2017 en tant que héraut de la droite traditionnelle, a abandonné le monde politique pour se consacrer au domaine de la finance et assure que "les preuves" de la réalité du travail de son épouse "seront apportées" au cours de ce procès très attendu. Marc Joulaud s'est installé à leurs côtés après leur avoir serré la main. Puis, tous sont rapidement repartis. Ces derniers ont d'ailleurs bloqué le tribunal plusieurs heures lundi matin. Le procès reprendra mercredi, deuxième journée d'audience prévue. Les trois prévenus, qui doivent comparaître jusqu'au 11 mars, encourent dix ans d'emprisonnement, de lourdes amendes et des peines d'inéligibilité. Leurs avocats plaideront la relaxe.

Le couple Fillon se voit aussi reprocher des "emplois de complaisance" accordés à deux de leurs enfants lorsque François Fillon était sénateur.

Après plus de deux ans d'enquête, les juges d'instruction ont acquis la conviction que Penelope Fillon, 64 ans, a bénéficié d'emplois "fictifs " d'assistante parlementaire de son mari député et de son suppléant dans la Sarthe, Marc Joulaud. L'accusation avait dénoncé un emploi "de pure complaisance, sans contrepartie réelle". Pendant quarante ans, François Fillon, qui n'aura vécu que pour et par la politique, aura accompagné, collé même, aux soubresauts et aux revirements de sa famille politique jusqu'en 2016 où il était persuadé de pouvoir enfin concourir à une présidentielle imperdable... qu'il perdit pourtant après d'inattendues révélations sur le système familial qu'il avait mis en place pour tirer le maximum de profits personnels de ses mandats. Il est également poursuivi pour complicité dans les délits reprochés à son suppléant Marc Joulaud: lui avait rémunéré Penelope Fillon à hauteur de 645.000 euros.

Partie civile dans ce dossier, l'Assemblée nationale réclamera à l'audience la somme de 1 081 219,51 euros de dommages et intérêts, a précisé à Reuters l'avocat de l'institution.

Dernières nouvelles