Affaire Griveaux: cinq autres vidéos recherchées par la justice

Troublante vidéo de Juan Branco

Troublante vidéo de Juan Branco

Alexandra de Taddeo se souvient avoir enregistré quatre vidéos de Benjamin Griveaux sur une petite dizaine qu'elle a reçue. Ces vidéos étaient attribuées à Benjamin Griveaux et démontraient un homme en érection en train de se masturber. La jeune femme dit l'avoir approché via son compte Instagram avant d'échanger assez vite en privé des photos et des vidéos intimes.

Lors de son audition Alexandra de Taddeo - qui a affirmé avoir eu une relation sexuelle avec Benjamin Griveaux - a dit avoir reçu "beaucoup" de vidéos à caractère sexuel de sa part. Sur les raisons qui l'ont poussée à conserver ces documents, la jeune femme de 29 ans avait déclaré précédemment au Parisien: "Je savais que si sa femme ou quelqu'un d'autre apprenait sa relation, il n'hésiterait pas à m'enfoncer et ne me défendrait pas". Piotr Pavlenski, l'artiste russe à l'origine de la publication de vidéos intimes qui ont conduit Benjamin Griveaux à abandonner la course à la mairie de Paris, n'entend pas s'arrêter.

L'étudiante ne fournit pas beaucoup d'explications quant à la conservation de ces vidéos.

Selon le JDD, il existerait, désormais, un total de sept vidéos à caractère sexuel mettant en scène Benjamin Griveaux. Alexandra de Taddeo dit qu'elle a voulu se préserver.

Face à l'ampleur de l'affaire, elle reconnaît avoir supprimé toutes les vidéos avant son interpellation puis avoir reformaté à plusieurs reprises son ordinateur et son téléphone. Elle se serait débarrassée des fichiers compromettants en les plaçant dans une clé USB et jetant cette dernière dans les toilettes d'un bar, selon les informations de France Info.

" Peut-être que j'ai encore de quoi faire". Une version que Piotr Pavlenski va d'ailleurs confirmer à CNN. Alexandra de Taddeo assure que son compagnon ne visait pas seulement Benjamin Griveaux: d'autres hommes politiques devaient se retrouver sur ce site pour des faits similaires. Selon elle, les deux vidéos diffusées publiquement par Piotr Pavlenski datent de juin 2018 et août 2018, quand Benjamin Griveaux était en vacances dans le Var. Deux autres vidéos, qui n'ont pas été publiées sur le site Pornopolitique, ont été filmées "à son bureau du ministère et parfois à son domicile". "Pour moi ce qui est intéressant, c'est Pornopolitique [le site Internet sur lequel les vidéos ont été diffusées, ndlr] premier point de "porno-ressources", où participent les fonctionnaires, les politiciens et les représentants du pouvoir, ça c'est mon but et je veux continuer", assure-t-il. "Je veux que ce projet se développe", assure-t-il, se félicitant que la plateforme ait trouvé son "utilité" auprès des Français.

Durant la garde à vue, un policier lui demande alors si elle a déjà été escort-girl.

Dernières nouvelles