Coronavirus: l'Iran annonce trois nouveaux morts parmi 15 nouveaux cas

Coronavirus: deux morts en Iran parmi 13 nouveaux cas

Coronavirus Covid-19 : huit décès au total en Iran, des pays voisins ferment leurs frontières

"Nous sommes sur la ligne de front, nous avons besoin d'aide", a imploré à la télévision le doyen de l'Université de sciences médicales à Qom. Sa gestion par un régime qui a largement épuisé, au cours des derniers mois, son crédit vis-à-vis de la population porte déjà en elle la promesse d'une nouvelle crise de confiance, alors que les Iraniens avaient été appelés aux urnes vendredi. Tous les événements culturels et artistiques ont été interdits pour une semaine.

Selon le ministère koweïtien, les personnes infectées sont un ressortissant koweïtien de 53 ans, un Saoudien de 61 ans et un apatride de 21 ans.

Ahmad Amirabadi Farahani, élu de Qom -où ont été annoncés, le 19 février, les premiers cas et décès liés au nouveau coronavirus- avait indiqué que le nombre de morts s'élevait dimanche soir à "environ 50 personnes" pour cette ville sainte à 150 km au sud de Téhéran et dont la province est la plus touchée.

Il s'agissait des premiers décès confirmés de cette maladie au Moyen-Orient.

A l'issue de la session à huis clos des députés avec le ministre de la Santé, le porte-parole du bureau du Parlement iranien, Assadollah Abbassi, a déclaré que celui-ci avait pointé, comme " cause de l'infection au coronavirus en Iran", " des personnes entrées illégalement dans le pays depuis le Pakistan, l'Afghanistan et la Chine", selon Isna.

"L'inquiétude est (.) que nous avons vu une augmentation des cas, une augmentation très rapide en quelques jours", a déclaré Sylvie Briand, directrice du département Préparation mondiale aux risques infectieux à l'OMS.

D'après M. Jahanpour, l'Iran a effectué des tests sur 785 cas suspects depuis les premières contaminations sur le territoire.

La ville sainte de Qom accueille un nombre important d'étudiants au sein de ses séminaires et attire également des pèlerins.

Des électeurs iraniens, protégés par un masque, remplissent leur bulletin de vote lors des élections législatives, à Téhéran, le 21 février.

"L'épidémie de coronavirus a commencé dans le pays", a déclaré vendredi une responsable du comité des maladies infectieuses Minoo Mohraz, citée par l'agence officielle Irna.

Lundi, le Koweït, Bahreïn et Oman ont annoncé avoir détecté leurs premiers cas de personnes infectées par le nouveau coronavirus, précisant qu'elles revenaient d'Iran, pays riverain situé sur la rive opposée du Golfe.

"Puisque les personnes contaminées à Qom n'ont pas eu de contacts avec les Chinois (.) la source est probablement des ouvriers chinois qui travaillent à Qom et qui ont voyagé en Chine", a-t-elle ajouté.

Le secteur de la santé iranien a été frappé par des sanctions imposées par les États-Unis depuis que Washington s'est retiré en 2018 de l'accord sur le nucléaire, conclu en 2015 entre la République islamique et les États-Unis, la Chine, la Russie, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne. Oman a en outre annoncé la suspension de ses vols avec l'Iran.

Dernières nouvelles