Hidalgo en tête, Dati confirme sa percée, Villani recule — Municipales à Paris

Paris une autre caserne transformée en logements sociaux

Le soutien de Laurent Nunez à Agnès Buzyn suscite la polémique

" Pendant que la criminalité explose, on se demande par qui sont payées ces heures de Laurent Nunez dédiées à la campagne d'Agnès Buzyn, " explique un militant de droite tandis que " comme le préfet de police de Paris Didier Lallement, un ministre en charge de votre sécurité a lui aussi choisi son camp, " s'indigne un militant de gauche".

Mme Buzyn confirme aussi l'abandon de deux idées-phares de Benjamin Griveaux: le déplacement de la gare de l'Est pour créer un "Central Park" parisien, car "l'urgence (n'est) pas de se lancer dans des grands travaux", et la proposition d'offrir 100.000 euros aux Parisiens pour l'achat d'un appartement, qui présentait "un risque inflationniste pour l'immobilier".

La candidate, qui remplace Benjamin Griveaux, contraint d'abandonner après la diffusion de vidéos intimes, a repris de nombreuses propositions de son prédécesseur, notamment en matière de propreté et de sécurité, ses "deux priorités". "Cela nécessite une formation, et que ce soit des policiers qui connaissent leur quartier", insiste-t-elle. Un souci d'efficacité que la candidate LREM portera d'ailleurs "pour tous les grands projets de la ville" qui devront être soumis à "une règle verte" visant à préserver les espaces verts. Du côté d'En Marche, la tête de liste Agnès Buzyn n'a ainsi pas caché son intention de mettre l'accent sur les questions de propreté et de sécurité, avec la volonté de confier clairement le ramassage des déchets de la capitale au Privé ou d'étendre la présence des agents de la ville sur le terrain. Et ce sans oublier l'écologiste David Belliard, dont le positionnement hermétique vis-à-vis de la majorité sortante (à laquelle il appartient), lui assure, là aussi, un socle et une imperméabilité dans cet avant-premier tour.

Elle veut aussi "doubler la part des déchets recyclés, qui n'est que de 20%".

Mais elle s'oppose à la promesse d'Anne Hidalgo de supprimer 60.000 places de stationnement", car "c'est de l'écologie punitive", et refuse le "100% vélo" qui "exclut une grande partie des Parisiens: "les femmes enceintes, les personnes âgées, malades ou handicapées". Elle promet "un plan vélo sécurisé, plus de véhicules électriques" et "un partenariat avec la Région pour développer les transports en commun". Elle a également déclaré qu'il "n'y [avait] pas eu de contact avec la mairie de Paris" lorsqu'elle était encore ministre.

Dernières nouvelles