Israël frappe l'organisation armée Jihad islamique en Syrie et à Gaza

Gaza retour au calme après des affrontements entre Israël et le Jihad islamique

Des frappes israéliennes tuent deux militants du Jihad islamique en Syrie

Après avoir lancé une nouvelle salve de roquettes, le Jihad islamique palestinien a annoncé mettre fin à sa riposte militaire.

De manière préventive, quelque 65 000 élèves ont été sommés de rester à la maison lundi matin dans des villes israéliennes jouxtant la bande de Gaza, les trains ont été annulés entre les villes d'Ashkelon et Beersheva, et plusieurs routes sont fermées dans le sud du pays. "Cinq d'entre eux ont été interceptés par le bouclier antimissiles Dôme de Fer", a indiqué l'armée dans un bref message aux médias, alors que le Jihad Islamique a simultanément revendiqué des tirs de roquettes.

Peu avant minuit, heure locale, le djihad islamique palestinien a annoncé la conclusion d'une trêve avec Israël après deux jours d'affrontements, qui ont fait 12 blessés du côté palestinien, dont 8 dans la soirée de lundi.

L'armée israélienne n'a fait état d'aucun tir de roquettes depuis la bande de Ghaza.

Mais le Hamas bénéficie depuis près d'un an d'un accord de trêve avec l'État hébreu contrairement au Jihad Islamique, considéré comme le deuxième plus important groupe islamiste armé de Gaza, d'où l'armée israélienne s'est retirée il y a une quinzaine d'années. Selon un journaliste de l'AFP, une roquette est tombée dans un parc pour enfants de la ville de Sdérot sans faire de blessé car personne n'était sur les lieux.

"Le Jihad islamique et le Hamas doivent comprendre que cela ne peut pas durer".

Gaza poursuite des affrontements entre le Jihad islamique et Israël
Monde Gaza poursuite des affrontements entre le Jihad islamique et Israël Monde Délégation égyptienne à Gaza après de nouveaux échanges de tirs

Les deux candidats ont dû annuler des rassemblements électoraux.

L'armée israélienne a récupéré le corps de l'un des assaillants, que le Djihad islamique a présenté comme l'un de ses combattants.

L'OSDH (Observatoire Syrien des Droits de l'Homme) a évoqué des frappes aériennes "près de l'aéroport international de Damas" visant " des positions des Gardiens de la révolution iraniens", l'armée idéologique de la République islamique d'Iran, mais aussi "des positions du Djihad islamique" en Syrie.

L'escalade a commencé lorsque l'armée israélienne a abattu deux combattants du djihad islamique, qui, selon les Israéliens, tentaient de placer un engin explosif à proximité de la barrière séparant Israël et Gaza.

Une vidéo de l'incident, authentifiée par l'AFP, circulait d'ailleurs en boucle dimanche sur les réseaux sociaux palestiniens, de même que celle d'un autre bulldozer utilisé récemment en Cisjordanie occupée pour disperser des manifestants.

Dimanche soir, le Jihad islamique a revendiqué des "tirs de roquettes" en direction de localités israéliennes entourant la bande de Gaza afin de "venger" le "martyre" d'un de ses combattants. Israël avait mené en novembre dernier une opération éclair contre le Jihad islamique dans la bande de Gaza qui avait fait une trentaine de morts dont neuf membres d'une famille palestinienne sans lien avec le groupe armé.

Dernières nouvelles