Le point sur l'épidémie dans le monde — Coronavirus

VIDÉO- Coronavirus: comment l'Italie tente de faire face à l'épidémie

Covid-19: la situation est «très préoccupante», dit l'OMS

Le nouveau coronavirus a entraîné trois nouveaux décès en Iran, portant à 15 le nombre de personnes ayant succombé dans le pays.

Le pays a annoncé, samedi dernier, la fermeture des établissements éducatifs dans 14 provinces, y compris Téhéran.

Le précédent bilan, publié mardi en milieu de journée, faisait état de 283 cas dont 7 décès.

"Nous devons comprendre la dynamique de l'épidémie en Iran".

L'Arménie, la Turquie, la Jordanie, le Pakistan, l'Irak et l'Afghanistan ont fermé leurs frontières ou limité leurs échanges avec l'Iran, préoccupés par les cas détectés au pays. Les autorités italiennes ont estimé lundi que près de 100'000 personnes à travers les régions sont touchées par ces restrictions et les déplacements. Si l'Organisation mondiale de santé (OMS) a récemment jugé "très préoccupante" l'augmentation soudaine de cas en Italie, en Corée du Sud et en Iran, évoquant un potentiel risque de pandémie, il est bon de rappeler que les taux de mortalités sont faibles à très faibles.

Néanmoins, tous les pays voisins de l'Italie, dont la France, "se sont engagés à garder ouvertes leurs frontières car les fermer serait une erreur et disproportionnée", a annoncé mardi le ministre de la Santé italien Roberto Speranza.

Ce dimanche 23 février, pas moins de 52 000 personnes vivant dans 11 communes du nord de l'Italie ont fait l'objet d'un "semi-confinement". Le président de la Vénétie a annoncé que les festivités du Carnaval de Venise, qui devait se terminer aujourd'hui, étaient annulées ainsi que toutes les manifestations sportives de la région.

"Ce qui nous intéresse, c'est la sécurité des Français, ce ne sont pas les ragots de Mme Le Pen", a répliqué Olivier Véran, affirmant que "les polémiques sont vaines, j'ai même tendance à penser qu'elles ne sont pas dignes à l'heure où les professionnels de santé (.) sont extrêmement mobilisés pour éviter la contamination et éviter que des gens tombent malades".

Le comité permanent du Parlement chinois s'est réuni lundi et a approuvé une proposition "pour interdire complètement" le commerce d'animaux sauvages, "abolir la mauvaise habitude de surconsommer des animaux sauvages et protéger efficacement la santé et la vie de la population", a rapporté la télévision d'État.

Signe de la gravité de la situation, le pays a décidé de reporter la session annuelle du Parlement, qui devait s'ouvrir le 5 mars, une première en trois décennies.

La Chine a brûlé moins d'énergies fossiles en raison de l'épidémie de coronavirus. Ce dernier se dit néanmoins "très attentif" à la situation dans le nord de l'Italie et garde à l'esprit que l'épidémie reste aux portes de la France. Jusqu'à présent, l'OMS n'a déclaré que le virus comme une urgence sanitaire mondiale.

Non loin de là, le Japon a annoncé le décès d'un quatrième passager issu du paquebot Diamond Princess où près de 700 personnes ont été contaminées. Rappelons que plus de 630 personnes ont contracté le coronavirus à bord de ce bateau de croisière, qui a été placé en quarantaine début février.

En Corée du Sud, le nombre total de cas s'élève à 977, dont dix ont été mortels, ce qui fait du pays l'un des principaux foyers de l'épidémie en dehors de la Chine continentale.

"Le risque d'épidémie impose une coordination parfaite et une information transparente: c'est ce que nous faisons", a défendu de son côté le Premier ministre Édouard Philippe, interpellé par les oppositions sur les mesures mises en oeuvre par le gouvernement.

Dernières nouvelles