Les opérateurs télécoms n’excluent pas de brider YouTube et Netflix — Coronavirus

Marché: Télécoms Vers une réduction de la bande passante vers les sites de divertissement

Coronavirus : les opérateurs n'excluent pas de limiter l'accès à Netflix et YouTube au profit du télétravail

"Les infrastructures sont dimensionnées pour absorber des pics d'activité".

Avec les écoles et les universités fermées et des millions de salariés coincés à domicile, le suivi des cours à distance et le télétravail vont générer un trafic inédit sur les réseaux. Dans le même temps, faute de sorties (restaurants, cinémas, bars, salles de spectacles, etc.), de nombreux citoyens vont chercher à se divertir en ligne, en se tournant vers des plateformes de vidéo ou de jeu en streaming. D'autant que, comme le rappelle Konbini, l'Italie aurait enregistré une hausse de son trafic de 70% depuis la mise en place du confinement. En toute logique, la France devrait suivre le même chemin. Ils se disent prêts à réduire la bande passante vers les sites de divertissement pour privilégier le télétravail. C'est ce que Le Journal du Dimanche révèle dans un article publié le 15 mars.

De ce fait, Arthur Dreyfuss, le président de la Fédération française des télécoms qui réunit les opérateurs français dont Orange, Bouygues, Free et SFR annonce à nos confrères du JDD que les services dits de divertissement subiront un bridage afin de ne pas handicaper ceux qui ont besoin d'internet pour des besoins professionnels.

Dernières nouvelles