Coronavirus : plus de 250 millions de masques vont être distribués

EN DIRECT- Coronavirus: la France entre dans son premier week-end de confinement

Le musicien hongrois Adam Moser en quarantaine volontaire joue à son balcon à Budapest le 20 mars 2020. Zoltan Balogh AP

Agé de 68 ans, le médecin urgentiste a contracté la maladie début mars mais son état s'est vite aggravé dernièrement. Notre priorité est de protéger les soignants pour prendre en charge les patients. Son avis est attendu lundi, mais tout laisse à penser qu'il se prononcera pour une prolongation, voire un renforcement des mesures.

Selon Olivier Véran, trois possibilités existent quant au nombre réel de personnes touchées par le coronavirus en France.

Confronté à un respect très inégal des mesures destinées à limiter la propagation de l'épidémie qui a déjà tué 562 personnes dans le pays, le gouvernement avait annoncé la multiplication de contrôles et de nombreux lieux publics ont été interdits pour éviter les sorties intempestives à l'occasion du premier week-end d'un confinement totalement inédit.

En France, 120 laboratoires permettent de tester 4.000 personnes par jour. "La situation va continuer à s'aggraver avant que les effets du confinement fassent leur effet", a rappelé Olivier Véran.

Le respect du confinement reste aléatoire. L'Assemblée nationale a d'ailleurs durci dans la nuit de samedi à dimanche les sanctions en cas de violation des règles: les 135 euros d'amende forfaitaire passeront ainsi à 1.500 euros en cas de récidive "dans les 15 jours" et "quatre violations dans les trente jours" pourront valoir "3.700 euros d'amende et six mois de prison au maximum". A Paris, la maire Anne Hidalgo a appelé à "aller vers un confinement beaucoup plus sévère".

Le gouvernement a annoncé samedi avoir commandé plus de 250 millions de masques.

Pour les deux semaines à venir priorité sera donnée aux personnels de santé, en ville comme à l'hôpital, et aux personnes intervenant auprès des personnes âgées, avec notamment 500 000 masques par jour pour les personnels des Ehpad.

Concernant les autres professions qui réclament la distribution de masques (forces de l'ordre, distribution.) Olivier Véran a indiqué que le Conseil scientifique serait à nouveau consulté mardi notamment pour évoquer "le mode de répartition des masques". Le "stock d'État" n'est actuellement que de 86 millions de masques, pour une consommation prévue de "24 millions de masques par semaine", a-t-il précisé.

Mais le gouvernement n'envisage pas l'usage généralisé du masques dans la population, que l'OMS ne recommande pas.

Concernant l'utilisation de tests, réservés à certaines catégories de populations (fragiles, âgées, femmes enceintes, etc.), le gouvernement infléchit peu à peu sa doctrine et entend pouvoir "multiplier" les tests, mais seulement au moment de "la levée du confinement".

Si le dépistage massif n'a pas été mis en place en France jusqu'à aujourd'hui, c'est que "nous avons la capacité de faire passer 5000 à 8 000 tests par jour, mais pas davantage", précise Jean-François Delfraissy.

"Il revenait de vacances de Madagascar, en pleine forme, mais le Covid-19 était plus fort. Et surtout à cause d'une garde de trop", a écrit son fils dans le message publié sur Facebook. A Mulhouse, où l'hôpital est totalement saturé, un hôpital militaire de campagne de 30 lits, en cours d'installation, devrait entrer en opération en "tout début de semaine", a indiqué la ministre des Armées, Florence Parly. Ils sont 55 % à lui faire confiance pour " faire face efficacement au coronavirus ", et 57 % pour " aider les entreprises en difficulté", selon un sondage Ifop pour le JDD paru dimanche.

Sur le front économique, face au "tsunami" de la récession qui s'annonce, députés et sénateurs ont trouvé un "accord" dimanche sur le projet de loi d'urgence pour faire face à l'épidémie.

Dernières nouvelles