Ce que l'on sait sur la chloroquine — Coronavirus

Eric Cantona : "Le docteur Raoult est un phénomène"

Après l'autorisation par plusieurs pays du traitement à la chloroquine contre le coronavirus, Olivier Véran a annoncé qu'il prendrait un arrêté pour rendre le médicament accessible pour les formes les plus graves, mais pas pour les moins sévères. Un surdosage peut être particulièrement dangereux et les médecins déconseillent formellement d'en consommer sans avis médical. Une décision qui ne fait pas l'unanimité dans la sphère scientifique, alors que les essais cliniques ne sont pas terminés.

D'un côté, ceux qui appellent à la prudence et à attendre de vastes essais cliniques menés selon la stricte orthodoxie scientifique pour valider ou non le traitement par chloroquine; de l'autre, ceux qui veulent accélérer le processus et l'administrer très largement au nom de l'urgence sanitaire. Si Didier Raoult déclare bien qu'il "ne participe plus au Conseil scientifique réuni autour d'Emmanuel Macron ", le journal précise aussitôt "qu'il ne démissionne pas".

Outre une série d'essais menés en Chine (chloroquine seule ou associée à d'autres molécules), les équipes du Pr Raoult testent la chloroquine sur des patients à l'IHU, des essais positifs selon l'équipe, qui a publié des résultats portant sur une vingtaine de patients.

En se basant sur les travaux de ce professeur, le président américain, Donald Trump, a donné son feu vert pour l'utilisation de cet antiviral que les laboratoires pharmaceutiques partout dans le monde sont en train de produire en grande quantité.

Cité dans le monde entier, il explique: "Associé à la prise d'antibiotiques ciblés contre la pneumonie bactérienne (l'azythromycine), le traitement [à l'hydroxychloroquine] a totalement guéri les sujets dans la semaine, alors que 90 % des malades qui n'ont pas pris le traitement sont toujours positifs ".

Dimanche, son équipe a annoncé son intention d'administrer "à tous les patients infectés" son traitement hydroxychloroquine + azithromycine. Le traitement est aussi notamment dispensé au CHU de Nice avec le consentement des familles, selon le maire Christian Estrosi, lui-même traité par chloroquine.

Aux Etats-Unis, la FDA, qui supervise la commercialisation des médicaments, a annoncé "un essai clinique étendu" tout en rappelant que son rôle était de s'assurer que les produits étaient sûrs et efficaces, comme nous l'écrivions dans une dépêche du 19 mars.

D'où le rappel très ferme de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) lundi, qui "condamne l'usage de médicaments sans preuve de leur efficacité", mettant en garde contre les "faux espoirs", dans une allusion à peine voilée à la publication de l'IHU.

Comme le Premier ministre Edouard Philippe lundi soir, Olivier Véran s'est appuyé sur les recommandations du Haut conseil de santé publique, qui affirme ne pas avoir eu connaissance de traitements efficaces contre le coronavirus.

Le comité scientifique "exclut toute prescription dans la population générale ou pour des formes non sévères à ce stade, en l'absence de toute donnée probante", a-t-il souligné.

Dernières nouvelles