Le gouvernement ne se prononce pas sur le prolongement du confinement — Coronavirus

La place Massena à Nice pendant le confinement

La place Massena à Nice pendant le confinement

Le confinement visant à endiguer l'épidémie de coronavirus "durera vraisemblablement au moins six semaines" à compter de sa mise en place, le 17 mars dernier, estime le conseil scientifique dans un avis diffusé mardi. S'il n'a précisé aucune date de fin du confinement pour le moment, le ministre de la Santé Olivier Véran a pour sa part expliqué qu'on ne connaîtrait une date de fin du confinement que "lorsque la courbe épidémique le permettra ".

Ils jugent par ailleurs que le dispositif "doit être strictement mis en oeuvre et bénéficier d'une large adhésion de la population, comme ceci semble être le cas".

Une prolongation du confinement est "indispensable", a estimé ce mardi le Conseil scientifique de l'exécutif sur le Covid-19.

"Le confinement, écrivent les conseillers, est actuellement la seule stratégie réellement opérationnelle, l'alternative d'une politique de dépistage à grande échelle et d'isolement des personnes détectées n'étant pas pour l'instant réalisable à l'échelle nationale". Trois semaines après le démarrage du confinement sont donc nécessaires pour obtenir une première estimation de son impact.

Dans ce contexte, le conseil scientifique plaide pour un prolongement du confinement, tout en annonçant qu'il émettra prochainement "un avis sur la stratégie de " sortie du confinement ".

Les membres émettent également un "point d'alerte" sur "la pénurie réelle ou ressentie de divers types de matériels, à commencer par les matériels de protection sanitaires indispensables". "Ils ont dit qu'il faut peut-être se préparer à ce qu'il dure cinq ou six semaines".

Appelant à "une grande prudence", le ministre de la Santé n'a pas figé de calendrier. Nous sommes là dans des estimations.

Gagner la "bagarre épidémiologique"Il apparaît que le confinement est essentiel dans la bataille que l'on mène contre ce choc qu'est l'épidémie, et ses risques". Ce n'est pas "un avis ferme", a-t-il déclaré. "Ce n'est pas une prédiction mais une estimation parmi d'autres", a-t-il répété.

Pour appuyer la décision de sortie de confinement, il est important de consolider les systèmes de surveillance épidémiologique en place dans les hôpitaux.

Dernières nouvelles