Coronavirus: la Maison Blanche et le Congrès en quête d'accord pour sauver

REUTERS Le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell discute avec des membres des médias

REUTERS Le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell discute avec des membres des médias

Les sénateurs républicains, démocrates et la Maison-Blanche négocient depuis vendredi sur ce qui devrait être les plus vastes mesures de relance jamais approuvées en une seule fois par le congrès des Etats-Unis.

Hier soir, alors que les républicains, qui contrôlent le Sénat, venaient d'échouer à convaincre les démocrates de voter en faveur d'un plan de soutien à l'économie de 2.000 milliards de dollars (10% du PIB américain ou l'équivalent de 80% du PIB français), le chef de la majorité républicaine à la chambre haute, Mitch McConnell, s'attendait à une nouvelle journée noire en Bourse.

Le président américain Donald Trump avait appelé mardi matin le Congrès à "agir immédiatement".

La motion, qui aurait permis un vote rapide sur le texte, n'a recueilli que 49 voix sur les 60 nécessaires.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, émissaire de la Maison Blanche sur ce dossier, orchestrait encore mardi les tractations.

L'élu Éric Swalwell, à l'origine de cette initiative, a mis en garde contre les risques sanitaires si les membres du Congrès devaient faire des allers-retours entre Washington et leurs circonscriptions en pleine pandémie.

"Avec chaque jour, chaque heure de retard au Congrès pour approuver ce plan majeur, nous mettons en danger plus de vies américaines et la sécurité de plus de professionnels de la santé", a-t-il tonné.

Les mesures incluent des aides directes versées aux Américains, des prêts pour les petites entreprises et pour les poids lourds de l'économie, dont le secteur aérien, ainsi que plus de moyens pour les hôpitaux américains, a-t-il énuméré.

Le chiffrage reste toutefois encore flou, aucun texte n'ayant été publié depuis sa première proposition, jeudi.

Un sénateur démocrate qui a l'oreille de Donald Trump, Joe Manchin, a déclaré, sur Fox News, que tous les sénateurs étaient "optimistes".

Cette optimisme a fait très nettement monter Wall Street à l'ouverture, mardi.

Echaudée par les excès des bénéficiaires du plan de sauvetage de la crise de 2008, l'opposition réclame notamment à l'administration Trump une supervision accrue des prêts accordés aux grandes entreprises, le versement intégral des salaires, pendant plusieurs mois, aux employés mis au chômage technique et encore plus de moyens pour les hôpitaux.

"Ce plan représentera le plus gros programme d'aide destiné à l'économie réelle de l'histoire des Etats-Unis", avait précisé mardi soir le conseiller économique de la Maison-Blanche Larry Kudlow.

"Si nous obtenons ce plan, nous préparerons le terrain pour un bon rebond (de l'économie américaine, ndlr) dans la deuxième moitié de l'année", a-t-il déclaré à des journalistes.

Le texte doit passer ce premier obstacle procédural avant d'être soumis à un vote final au Sénat, puis à un vote à la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates.

La pandémie touche en effet aussi le Congrès, avec trois parlementaires testés positifs au coronavirus et au moins une dizaine en isolement volontaire.

Les Etats-Unis comptaient mardi après-midi 674 morts et plus de 51.000 cas officiellement déclarés de Covid-19, selon l'université Johns Hopkins, qui fait référence.

Dernières nouvelles