La Fed annonce des mesures inédites — Coronavirus

WALL STREET OUVRE EN BAISSE

WALL STREET OUVRE EN BAISSE

Paris a fini sur une chute de 3,32%, Francfort de 2,23% et Londres de 3,79%.

Pour la première fois, la Fed soutiendra les achats d'obligations de sociétés et accordera des prêts directs aux entreprises, et lancera "bientôt" un programme de crédit aux petites et moyennes entreprises. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average montait de 2,39%, celui de l'indice élargi S&P 500 de 2,48% et celui du Nasdaq, à forte coloration technologique, de 3,10%.

Les mesures de confinement, qui pourraient être durcies ce lundi en France, se sont en outre étendues à la Grèce, à l'Etat américain de New York et à la Nouvelle-Zélande, dont la Banque centrale a par ailleurs annoncé un plan d'achat d'obligations. Vers 12H40 GMT (13H40 à Paris), l'euro gagnait 0,65% face au billet vert, à 1,0756 dollar, après être tombé en début d'échanges à 1,0636 dollar, un niveau plus vu depuis avril 2017.

Si l'annonce de la Fed apaise autant c'est aussi parce que les tensions qui s'exercent sur les entreprises figurent en tête des préoccupations.

Les investisseurs ont en outre dû composer avec les avertissements sur résultats d'entreprises ou des annonces de mesures d'économies drastiques, comme à Paris avec TF1, Saint-Gobain, Airbus, Vinci, Total, Kering.

Des centaines de milliers de personnes ont déjà déposé une demande d'assurance chômage en Californie seulement, a déclaré le gouverneur de l'Etat ce week-end, et de nombreux analystes prévoient une baisse de la production économique au cours du prochain trimestre, bien pire que la baisse la plus prononcée de la Grande Récession.

L'accès au crédit sur le marché de la dette pour les entreprises les plus vulnérables est en particulier très surveillé.

"Nous avons un édifice qui s'est affaissé très fortement et là nous sommes en train d'injecter du béton sous l'édifice", a-t-il ajouté, en estimant que "la question est désormais de savoir à quel moment les parties monétaire, budgétaire et sanitaire permettront d'arriver à un produit global qui redevient positif pour les marchés".

La Réserve fédérale américaine a dévoilé lundi un nouveau plan de mesures d'exception pour tenter de compenser les "graves perturbations" que va subir l'économie des Etats-Unis en raison de la pandémie de coronavirus, en ciblant spécifiquement le crédit aux particuliers, aux PME et aux grandes entreprises.

Vers 19H00 GMT (20H00 à Paris), l'euro gagnait 0,43% face au billet vert, à 1,0743 dollar, après être tombé en début d'échanges à 1,0636 dollar, un niveau plus vu depuis avril 2017.

En revanche, la livre chutait, perdant 1,07% face au billet vert, à 1,1520 dollar, et 1,52% face à la monnaie unique, à 93,23 pence pour un euro.

Dernières nouvelles