Coronavirus : décès d’un homme après l’ingestion de chloroquine

Coronavirus: la chloroquine un

Coronavirus : décès d’un homme après l’ingestion de chloroquine

Mais elle a semblé ouverte à faire approuver à la Chambre le texte qui serait adopté au Sénat, si celui-ci incluait assez de grandes priorités des démocrates.

Selon l'ONG Banner Health, l'homme et la femme n'aurait pas utiliser une version pharmaceutique de la chloroquine mais plutôt du phosphate de chloroquine, un des ingrédients d'un produit "habituellement utilisé pour nettoyer les aquariums". Cela changerait vraiment la donne. "Trump disait que c'était pratiquement comme un remède ", a-t-elle expliqué.

Alors que les contaminations et décès liés au coronavirus s'accélèrent fortement outre-Atlantique, la gestion de la crise par le président américain commence sérieusement à en inquiéter plus d'un.

La Food and Drug Administration, qui supervise la commercialisation des médicaments aux Etats-Unis, a annoncé "un essai clinique étendu " tout en rappelant que son rôle était de s'assurer que les produits étaient sûrs et efficaces. Ce traitement est souvent recommandé lorsque l'on prévoit de se rendre en zone infestée par le parasite du paludisme, transmis par les moustiques.

Si l'Organisation mondiale de la santé appelle à la prudence en raison du faible nombre de patients ayant eu recours à ce traitement pour l'instant, Donald Trump est déjà conquis. La molécule de cet antipaludéen peu onéreux - utilisé depuis plusieurs décennies et commercialisé notamment sous le nom de Nivaquine - aurait été administrée avec succès à certaines personnes atteintes de formes graves du Covid-19.

Donald Trump a notamment relayé lundi sur Twitter un article consacré à un homme en Floride qui assure que le médicament antipaludéen lui a " sauvé la vie ".

Un Américain est mort après avoir consommé préventivement ce qu'il croyait être de la chloroquine.

Il a également déclaré que le groupe de travail sur le coronavirus de la Maison Blanche n'a pas discuté d'un verrouillage à l'échelle nationale, comme cela a été fait dans d'autres pays pour lutter contre la propagation du coronavirus.

La conjointe du défunt a confié à NBC News qu'ils avaient entendu parler de la chloroquine lors d'un point de presse du président américain. Je l'ai vu sur l'étagère et je me suis dit, " tiens ce ne serait pas ce dont ils parlent à la télé?

"Il y avait des choses terribles là-dedans", a-t-il déclaré sur Fox News. Elle a lancé un appel aux Américains: " Mon Dieu, ne prenez rien [aucune substance].

Dernières nouvelles