La chanteuse franco-malienne Rokia Traoré libérée sous contrôle judiciaire — France

Rokia Traoré au festival de Cannes en 2015. LOIC VENANCE  AFP

Rokia Traoré au festival de Cannes en 2015. LOIC VENANCE AFP

On avait appris officiellement qu'elle était écrouée après une semaine de détention. Mais elle a décidé de la placer sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions de l'avocat général.

"Compte tenu de la situation, nous ne pouvons pas organiser la remise de Mme Traoré aux autorités belges ", a expliqué ce dernier lors de l'audience, faisant allusion à l'épidémie de Covid-19.

Rokia Traoré au festival de Cannes en 2015.

L'artiste, qui habite au Mali, assure par ailleurs avoir "toujours répondu à la justice belge": le jour de son arrestation, elle était en direction de Bruxelles, pour se rendre à une audience dans le cadre de son appel, donne-t-elle en exemple.

En effet, Rokia Traoré est sous le coup de deux mandats d'arrêt européens pour " enlèvement, séquestration et prise d'otage ".

L'avocat de la chanteuse, Me Kenneth Feliho a fait savoir que l'affaire se poursuivait: "Nous irons évidemment en cassation et jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme s'il le faut " pour contester cette remise à la justice belge.

Elle a interjeté appel du jugement de première instance et a, aussi, demandé au tribunal de première instance de la Commune de VI de Bamako, où elle réside, de lui confier la garde de l'enfant.

Mercredi, compte tenu des mesures sanitaires observées pour lutter contre le Covid-19, elle est apparue en visioconférence devant la cour d'appel de Paris. Incarcérée depuis le 10 mars à la prison de Fleury-Mérogis, elle avait entamé une grève de la faim pour dénoncer la violation de ses droits de mère et la partialité de la justice belge.

"La CNDH suit avec une grande attention les procédures judiciaires concernant Mme Rokia TRAORE et, par ricochet, sa fille de 5 ans dont la garde est tristement au cœur d'une tragédie judiciaire opposant ses parents", c'est ce qui ressort du communiqué de la CNDH dirigée par Aguibou BOUARE.

La chanteuse est aussi connue pour son engagement en faveur des réfugiés.

Notons que Rokia Traoré est une icône de la musique, elle est aussi ambassadrice du HCR pour son humanisme envers les réfugiés.

Dans cette affaire, Rokia Traoré a reçu le soutien d'associations, mais aussi de l'ex-ministre Christiane Taubira ou du célèbre chanteur et musicien malien Salif Keita. Une pétition en ligne réclamant sa libération a été signée par plus de 30.000 internautes.

Dernières nouvelles