Macron annonce un plan massif pour l'hôpital, rien pour les médecins libéraux

Des soignants évacuant un patient de l'hôpital de Mulhouse

Covid-19 en continu la France se prépare à la prolongation du confinement les restrictions levées dans le Hubei REUTERS CHRISTIAN HARTMANN

En déplacement à Mulhouse, le chef de l'État a promis un plan d'investissement massif pour l'hôpital après l'épidémie de coronavirus. Après le constat, place aux promesses. Après s'être rendu à l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse, dans l'est de la France, mercredi 25 mars, Emmanuel Macron a promis "un plan massif d'investissement et de revalorisation" pour l'hôpital et a annoncé le lancement de l'opération militaire "Résilience" pour soutenir la population.

Alors que la voix du chef de l'État est parfois couverte par le bruit des hélicoptères, il conclut: "La nation française est un bloc et dans cette guerre nous devons faire bloc, être unis, fiers et reconnaissants pour le rôle de chacun. Cette réponse sera profonde et dans la durée", a-t-il assuré.

Plus d'une semaine après son discours où il appelait au confinement, le Président de la République, Emmanuel Macron, a pris de nouveau pris la parole, en direct de l'hôpital de Mulhouse cette fois.

Martelant un lexique militaire, reprenant l'expression de "guerre contre un ennemi invisible ", parlant de "mobilisation", de "front" et de "première ligne ", le président a multiplié les hommages et les remerciements comme autant de décorations. Il a notamment eu un mot pour les enseignants, "à qui je veux dire merci car ils continuent de s'occuper de notre jeunesse ". Ce sont nos agriculteurs, les hommes et les femmes qui sont dans le secteur de l'alimentation, nos caissières, nos livreurs, qui permettent au pays de vivre.

Avant le début de l'épidémie de coronavirus, le précédent record d'audience pour une déclaration officielle remontait à fin 2018: 23 millions de personnes avaient regardé Emmanuel Macron s'exprimer en pleine crise des " gilets jaunes ".

Autre proposition forte. Le chef de l'État a "décidé, sur proposition de la ministre des armées et du chef d'état-major des armées, de lancer l'opération Résilience " qui sera "entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations, ainsi qu'à l'appui aux services publics ". Les militaires engagés seront déployés "en métropole et en outre-mer, en particulier dans les domaines sanitaire, logistique et de la protection", a précisé Emmanuel Macron. "Dans ce cadre, j'ai déjà décidé de déployer un porte-amphibie dans l'océan Indien et un porte-hélicoptères dans la zone Antilles Guyane".

"Nous serons là aussi, au rendez-vous, au-delà de cette reconnaissance et du respect". En tout cas, ce seront des moyens "dans la limite de nos capacités ", avait affirmé le premier ministre Edouard Philippe, un peu plus tôt au Sénat.

Dernières nouvelles