Pyongyang procède à de nouveaux tirs — Corée du Nord

Le leader nord-coréen Kim Jong Un ce 29 mars  AFP  Jung Yeon-je

Le leader nord-coréen Kim Jong Un ce 29 mars AFP Jung Yeon-je

Les tirs de dimanche ont été réalisés dans le secteur de la ville portuaire de Wonsan, sur la côte est, et en direction de la mer du Japon ou mer de l'Est selon l'appellation coréenne, précise l'Agence France-presse. "Une telle action militaire de la Corée du Nord est extrêmement inappropriée au moment où le monde entier a des difficultés en raison de la pandémie du Covid-19", a ensuite observé l'état-major interarmes sud-coréen dans un communiqué, en précisant que les projectiles semblaient être des missiles balistiques.

Le responsable du ministère des Affaires étrangères de la RPDC a ajouté que l'initiative de dialogue que les Etats-Unis ont proposé pour gagner du temps et créer un environnement favorable à leur président "a été gravement atteinte" et que les propos de M. Pompeo "nous ont fait perdre la volonté de dialoguer". Pyongyang avait affirmé que les trois séries de tirs réalisés en mars en direction de la mer du Japon étaient tous des essais d'engins d'"artillerie de longue portée".

Cela s'est également produit environ une semaine après que le Nord ait tiré deux missiles balistiques à courte portée.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump se sont vantés d'avoir établi des relations au cours de trois réunions et d'un échange de plusieurs lettres depuis 2018.

Pompeo avait déclaré après une téléconférence avec les ministres des Affaires étrangères du G7 la semaine dernière que toutes les nations devaient rester unies en appelant la Corée du Nord à reprendre les négociations et à exercer des pressions diplomatiques et économiques sur ses programmes de missiles nucléaires et balistiques. Ce que des responsables de la Maison Blanche avaient confirmé. La presse nord-coréenne citait notamment la sœur et conseillère de Kim Jong Un, Kim Yo Jong, qui avertissait que la bonne relation personnelle entre ce dernier et Donald Trump ne serait pas suffisante pour relancer les relations. La Corée du Nord est un des rares pays au monde à ne pas avoir annoncé de cas de contamination sur son sol, même si au Sud, beaucoup sont persuadés que le Nord est touché.

La Corée du Nord, qui a fermé ses frontières et pris des mesures de confinement très strictes contre la pandémie, clame régulièrement sa détermination dans la lutte contre un virus apparu en Chine et qui a déjà tué plus de 30 000 personnes dans le monde, pour la plupart en Europe.

En dépit des sanctions et les condamnations à cause de ses programmes nucléaire et balistique interdits, les autorités coréennes affinent peu à peu leurs capacités, estiment les analystes.

Dernières nouvelles