Les Etats-Unis autorisent la chloroquine à l'hôpital

ILLUSTRATION

ILLUSTRATION

En riposte, le régulateur du médicament aux États-Unis (FDA) a autorisé, dimanche 29 mars, l'utilisation de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine, pour traiter le Covid-19, mais uniquement à l'hôpital.

Les derniers chiffres de l'université Johns Hopkins font état de plus de 143.000 cas positifs et 2500 morts pour 4865 rémissions.

Le Pr Didier Raoult, infectiologue français à la tête des Hôpitaux universitaires de Marseille (HUM), défend le traitement à base de chloroquine et a avancé des études qui n'ont pas entièrement convaincu la communauté scientifique, notamment en raison d'importants défauts méthodologiques comme l'absence d'un groupe-contrôle.

Le président Donald Trump, qui fonde ses espoirs sur ce médicament, avait déclaré le 24 mars qu'il y a de bonnes chances que cela puisse avoir un énorme impact. Ce serait un don du ciel si ça marchait.

Les autorités sanitaires américaines ont cependant mis en garde les gens pour ne pas s'automédicamenter vu les risques mortels qui pourraient surgir en le prenant en dehors d'une structure médicale très cadrée.

Des essais cliniques, menés par deux corps médicaux américains (l'Institut national de la Santé et l'Autorité pour la recherche-développement dans le domaine biomédical), sont en cours. Un test visant à vérifier l'efficacité de la combinaison d'hydroxychloroquine et d'azithromycine, selon le protocole du Pr Raoult, doit par ailleurs bientôt démarrer à New York. Un habitant de l'Arizona qui avait ingéré du phosphate de chloroquine, employé pour désinfecter les aquariums, en est mort.

Dernières nouvelles