COVID-19: l'équipage du USS Roosevelt en proie à une contamination galopante

COVID-19: l'équipage du USS Roosevelt en proie à une contamination galopante

"Il n'y a aucune raison que des marins meurent", écrivait Brett Crozier dans cette missive publiée mardi par le quotidien californien.

Dix-sept sénateurs démocrates ont demandé à l'inspecteur général du ministre de la Défense une enquête formelle sur la décision de démettre le commandant Crozier de ses fonctions.

L'immobilisation du porte-avions nucléaire américain USS Theodore Roosevelt, en proie à une contamination galopante au coronavirus dans le Pacifique, illustre les difficultés de l'armée américaine à poursuivre ses opérations pendant la pandémie, malgré les assurances de ses dirigeants. La rapidité de la propagation du virus à bord du Theodore Roosevelt n'est pas étonnante pour un équipage de 4.865 personnes partageant un espace limité, avec des dortoirs pour les marins et des chambrées de trois couchettes pour les officiers.

La gouverneure de Guam, Lou Leon Guerrero, a précisé que seuls les marins testés négatifs au Covid-19 seraient logés dans des hôtels et qu'ils seraient tous soumis à une quarantaine de 14 jours. Les autorités américaines ont commencés à évacuer une partie des 4000 marins à bord. Plus de cents personnes à bord ont été testées positives au coronavirus. Sur les vidéos qui sont apparues sur les réseaux sociaux vendredi 3 avril, on voit le capitaine Brett Crozier quitter son navire, l'USS Theodore Roosevelt, en passant au milieu de centaines de marins qui lui font une haie d'honneur sur le pont du porte-avion nucléaire américain.

L'exercice s'avère difficile, l'île de Guam cherchant à protéger sa population et la Navy voulant maintenir la sécurité de l'imposant navire militaire, des avions qu'il transporte et du réacteur nucléaire qui assure sa propulsion, afin de le garder opérationnel.

Dans sans lettre, le commandant Crozier avait demandé l'évacuation immédiate de son navire où plusieurs cas de Covid-19 avaient été enregistrés.

"Je ne doute absolument pas que le commandant Crozier ait fait ce qu'il croyait nécessaire pour le bien-être de son équipage", a-t-il poursuivi. "Il faut un certain nombre de gens pour maintenir sa sécurité".

Le Theodore Roosevelt croisait jusqu'ici dans le Pacifique pour chercher à contrer l'influence croissante de la Chine dans cette région.

Le coronavirus représente un dilemme pour l'armée américaine, qui est fortement mobilisée aux Etats-Unis où elle participe aux efforts du gouvernement fédéral pour lutter contre l'épidémie, mais qui veut continuer à démontrer la puissance militaire des Etats-unis à l'étranger.

Mark Esper a également refusé de dire si le président Donald Trump avait pesé sur la décision. Sa dernière escale remonte au 4 mars, lorsqu'il avait effectué une visite hautement symbolique dans le port de Danang, au Vietnam, alors que l'épidémie de Covid-19 s'était déjà largement propagée en Asie.

Questionné mardi sur CNN, le secrétaire à la Navy, Thomas Modly, a admis que la base américaine sur l'île de Guam ne disposait "pas de suffisamment de lits à l'heure actuelle" pour héberger tous les marins du porte-avions.

Dernières nouvelles