Une pétition en faveur de la chloroquine dépasse les 200.000 signataires

Coronavirus: une tribune et une pétition pour que les médecins puissent prescrire de l'hydroxychloroquine à tous les malades du Covid-19

En France, une pétition en faveur de la chloroquine dépasse les 200 000 signataires

Lancée vendredi 3 avril 2020 sur la plateforme Change.org, la pétition baptisée " #NePerdonsPlusDeTemps ", a pour objet de plaider pour un élargissement des traitements à l'Hydroxychloroquine des patients atteints du Covid-19.

Cet appel a été initié par l'ex-ministre de la santé Philippe Douste-Blazy et le Professeur Christian Perronne, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches.

"Tout en précisant qu'" il faut éviter à tout prix l'automédication ", la tribune conclut en appelant " l'État à effectuer des réserves ou des commandes d'hydroxychloroquine afin que, si l'efficacité se confirmait dans les prochains jours, nous ne soyons pas en manque de traitement ". Egalement paru dans le journal Le Parisien, il a été co-signé par des personnalités du monde médical, dont Patrick Pelloux et Michèle Barzach, ancienne ministre de la Santé. Son utilisation contre le Covid-19 fait débat dans le milieu médical, alors que des tests sur les effets de la molécule sont effectués dans plusieurs centres hospitaliers.

Plusieurs publications, chinoises et françaises, font part de résultats positifs sur des patients atteints du Covid-19.

Un trio de médecins éminents a par ailleurs apporté leur soutien au Pr Didier Raoult, médecin français qui a publié des études controversées démontrant, selon lui, l'efficacité de ce traitement contre le nouveau coronavirus. Car, en ces temps de forte urgence, hésiter entre " d'autres médicaments prometteurs ", dont on ne saura les effets secondaires que dans des années, et la Chloroquine, dont tous les aspects sont connus, relève d'un pur amateurisme ou tout simplement d'une complicité qui ne dit pas son nom.

" Il y a au moins trois ou quatre études cliniques d'ampleur qui sont en cours, je suis en lien étroit avec le Pr Raoult".

Il a rappelé qu'il avait déjà, " sur la base des recommandations des sociétés savantes, autorisé la prescription compassionnelle hospitalière de ce médicament ou d'autres types de médicaments à titre d'exception ".

Dernières nouvelles