Démarrage d'un essai clinique par transfusion de plasma de patients guéris — Coronavirus

Donner prend environ une heure

Donner prend environ une heure

Chargé en anticorps, le plasma constitue une nouvelle piste vers un traitement.

La transfusion de plasma de personnes guéries fait l'objet d'un essai clinique lancé mardi en France. "Ces anticorps pourraient aider les patients en phase aiguë de la maladie à lutter contre le virus", espère l'établissement.

Environ deux semaines après la décision de la Food and Drug Administration (FDA), l'Agence américaine du médicament, d'autoriser certains établissements de santé à utiliser les anticorps de personnes qui se sont rétabliesd'une infection au Covid-19 au secours des patients contaminés, c'est au tour de la France de tester ce procédé. Les prélèvements ciblés par l'EFS débuteront le 7 avril dans trois régions (Ile-de-France, Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté) auprès de premiers malades français guéris du Covid-19. Les donneurs devront être rétablis depuis au moins quatorze jours. Chaque donneur se verra prélever 600 millilitres de plasma. Ce qui permettra de mettre à disposition 600 unités de 200 millilitres de plasma pour l'essai clinique chez les malades. Quels patients Covid-19 sont retenus pour recevoir du plasma sanguin et quel protocole?

L'essai clinique comptera 60 patients dans des hôpitaux parisiens, dont "la moitié bénéficiera de l'apport en plasma-convalescent ".

Pour rappel, il est établi que le plasma de convalescents, partie liquide du sang qui concentre les anticorps après une maladie, "s'est déjà avéré efficace, dans des études à petite échelle, contre d'autres maladies infectieuses comme Ebola ou le Sras". En l'absence d'événements indésirables et imprévus chez les trois premiers patients, deux autres unités seront transfusées 24 heures après les deux premières, soit un total de quatre unités par patient.

Une première évaluation pourra être rendue deux à trois semaines après le début de l'essai clinique. En fonction de l'efficacité du traitement et de l'absence d'apparition d'effets secondaires délétères, l'essai clinique pourra être élargi à un nouveau groupe de patients.

L'essai Coviplasm: une avancée dans la recherche d'une immunité collective?

L'essai clinique Coviplasm est un essai randomisé (comparatif) imbriqué dans l'essai de la plate-forme CORIMUNO-19, une étude plus large menée par l'AP-HP et permettant la réalisation rapide et simultanée d'essais contrôlés randomisés de médicaments, notamment des médicaments immuno-modulateurs, chez des patients hospitalisés pour une infection à Covid-19.

Quant à l'Établissement Français du Sang (EFS), celui-ci va bientôt s'engager avec l'Institut Pasteur mais aussi l'UMR IRD UVE 190 (unité des virus émergents).

L'EFS va par ailleurs chercher la présence d'anticorps contre le coronavirus "dans un échantillon représentatif des donneurs de sang venant faire un don pendant une période précise", pour "obtenir une image de la propagation du virus en France". Le test sera réalisé aléatoirement, mais il n'est pas prévu que les résultats individuels soient communiqués aux donneurs.

Comment va se dérouler l'essai clinique?

Dernières nouvelles