Fausses nouvelles: WhatsApp bride le partage massif de messages

CORONAVIRUS WHATSAPP LIMITE LE TRANSFERT DES MESSAGES VIRAUX

CORONAVIRUS WHATSAPP LIMITE LE TRANSFERT DES MESSAGES VIRAUX

WhatsApp, propriété de Facebook, a décidé mardi de limiter à une seule personne le transfert des messages considérés comme viraux afin de lutter contre la propagation des fausses informations sur fond de pandémie de nouveau coronavirus.

Pour aller plus loinQuel service d'appels vidéo préférez-vous pour contacter vos proches? Le problème, c'est que ces informations ne sont pas toujours exactes.

On a ainsi vu surgir depuis un mois de nombreuses fausses informations, partagées par un ami d'ami dont le cousin connaît un policier qui travaille au ministère. Or, confinement oblige, ce sont souvent par les messageries instantanées que se propagent ces rumeurs, et notamment sur WhatsApp. "En cette période de crise " du coronavirus, les responsables de la messagerie expliquent réagir à " une hausse significative des transferts, que les utilisateurs trouvent trop nombreux, et qui peuvent contribuer à la propagation de fausses informations ".

"Le gouvernement français a par exemple lancé fin mars un agent conversationnel automatique (" chatbot ") visant à fournir au plus grand nombre les dernières informations officielles, ainsi que des conseils et recommandations sanitaires, disponibles en envoyant un message au 0755.5312.12.

"Ces messages sont marqués d'une double flèche pour indiquer qu'ils ne proviennent pas d'un contact direct ", précise la plateforme. Cette situation avait déjà poussé WhatsApp à mettre en place " des limites sur les messages transférés pour contenir la viralité, ce qui avait alors permis de réduire de 25 % les transferts de message dans le monde entier ". "Nous pensons qu'il est important de ralentir la diffusion de ces messages pour que WhatsApp reste une application de conversation personnelle". Mais WhatsApp, faisant sa réputation sur le chiffrement de ses échanges privés, n'a pas un œil sur tous les contenus partagés.

Dernières nouvelles