Coronavirus : clubs et joueurs de L1 d'accord pour baisser les salaires

La déclaration de Philippe Piat

Lancer le diaporama Coronavirus: Mendy Thauvin Ben Yedder les footballeurs s'unissent pour le #AllezLesBlouses+23

Cet accord, négocié en grande partie entre le président de Reims, Jean-Pierre Caillot, mandaté par les autres présidents de clubs de l'élite, et Philippe Piat, coprésident de l'Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP), prévoit une baisse de salaire proportionnelle aux montants perçus par les joueurs qui ont, pour la plupart, approuvé ce dossier, faisant preuve d'un "bel effort", précise le quotidien sportif. Il ne manquerait plus que la validation par la LFP, alors que la baisse pourra atteindre jusqu'à 50% pour les plus gros salaires.

Vivement contestée en Angleterre et en Italie, le sujet de la réduction des salaires des joueurs pendant la crise du Covid-19 arrive en France.

D'autres échanges ont eu lieu mardi avec le ministère de l'Économie et des Finances concernant plusieurs points et notamment les charges et les impôts. Cette mesure sera valable toute la durée de la suspension des championnats.

L'accord de négociation indique également que le solde de la rémunération brute non versée sera exigible le mois suivant du dernier match de Ligue 1 ou de Ligue 2 disputé cette saison. Dans le détail, les dernières discussions portaient sur un paiement différé sur un pourcentage du salaire ou sur le chômage partiel (70 % du brut). En dessous de 10 000 euros de salaire mensuel, le joueur conserve l'intégralité de sa rémunération.

En attendant, les joueurs devraient observer une baisse proportionnelle à leurs revenus, à savoir de 20 % pour ceux qui gagnent entre 10 et 20.000 euros par mois, de 30 % jusqu'à 50.000 euros, de 40 % pour ceux qui gagnent jusqu'à 100.000 euros, et de 50 % pour ceux qui sont au-dessus de la barre des 100.000 euros par mois. Tout cela doit maintenant être validé par le Conseil d'administration ou l'Assemblée Générale de la LFP.

Dernières nouvelles