Nouvelles révélations dans l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 — FIFA

Nouvelles révélations dans l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 — FIFA

Nouvelles révélations dans l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 — FIFA

Selon un document publié ce lundi par le procureur de Brooklyn, Richard Donoghue, les voix de plusieurs dirigeants de la Fifa ont été achetées en vue du vote ayant permis à la Russie et au Qatar de l'emporter au détriment de l'Angleterre ou des Etats-Unis. "Malgré des années de fausses accusations, aucune preuve n'a jamais été produite qui démontrerait que le Qatar a obtenu l'organisation du Mondial-2022 de manière douteuse ou par des moyens contrevenant aux règles strictes de la FIFA", peut-on lire. Hier, la Russie a démenti avoir versé des pots-de-vin pour obtenir l'attribution du Mondial-2018.

C'est un véritable coup de tonnerre qui provient des États-Unis.

Le Brésilien Ricardo Texeira (72 ans), ancien président de la Fédération brésilienne, le Paraguayen Nicolas Leoz, ancien patron de la Conmebol et ex-vice-président de la FIFA, décédé l'an dernier, et Julio Grondona, l'ancien patron de la Fédération argentine et également ex-vice-président de la FIFA, lui aussi décédé, en 2014, ont eux reçu des pots-de-vins afin de voter pour l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Réclamé par la justice américaine, Jack Warner, 77 ans, se trouve toujours à Trinité-et-Tobago. Quelque 45 personnes physiques et morales ont été inculpées à ce jour par la justice américaine dans l'affaire dite Fifagate, qui a mis au jour un vaste système de corruption, qui minait surtout les fédérations du continent américain. Il est également accusé d'avoir vendu son vote pour l'octroi de la Coupe du monde 2010, attribuée à l'Afrique du Sud et a été condamné par contumace, en 2019, à verser 79 millions de $ de dommages et intérêts à la Concacaf.

Dernières nouvelles