COVID-19: La bataille n'est pas gagnée à Montréal

Les écoles primaires rouvriront le 11 mai au Québec

COVID-19: La bataille n'est pas gagnée à Montréal

François Legault a prévient qu'il n'y aura pas de déconfinement si les consignes ne sont pas respectées. Les écoles doivent rouvrir le 19 mai dans la communauté métropolitaine de Montréal, alors que certains commerces peuvent reprendre leurs activités à compter du 11 mai.

La situation demeure hors de contrôle dans plusieurs centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de Montréal, tandis qu'on observe d'inquiétantes éclosions du virus dans plusieurs grands hôpitaux de la ville (Maisonneuve-Rosemont, Sacré-Coeur, Lakeshore, Institut Douglas, notamment), ce qui fait dire à plusieurs observateurs qu'un déconfinement paraît prématuré. C'est probablement la sous-région où il y a le plus de cas.

En fin de conférence de presse, le premier ministre a confirmé aux journalistes que le trio ne reviendra, dès la semaine prochaine, que trois fois par semaine.

Sur les 1684 personnes actuellement hospitalisées, soit 36 de plus que la veille, "une bonne partie de ces 1684 lits occupés sont dans la région de Montréal", a-t-il souligné en présentant le bilan quotidien.

Le virus de la COVID-19 tue environ une centaine de Québécois chaque jour, la plupart du temps des aînés vivant dans des résidences pour personnes âgées.

" On va tout faire pour en sauver le maximum, mais il faut être réaliste, il va continuer d'y avoir beaucoup de décès, malheureusement, dans les prochains jours, prochaines semaines".

"Ce qu'on sait, c'est que la situation est relativement stable, mais critique, mais on doit surveiller". Le rythme des tests devrait passer de 6 000 par jour à 14 500 dès la semaine prochaine.

Le Québec se classe très bien au niveau des tests avec une moyenne de 25 000 par million d'habitants. "Il faut s'assurer aussi que (.) les sous-régions comme Montréal-Nord, que la situation redevienne sous contrôle dans ce coin-là", a-t-il dit.

Le premier ministre a tenu par ailleurs à nier les rumeurs laissant croire que l'indépendance du directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, était menacée. "Je l'écoute. Je suis docile", a-t-il dit.

Dernières nouvelles