Déconfinement : ruée sur les masques dans les grandes surfaces

GettyImages

GettyImages

Après les pharmaciens, les grandes surfaces se lancent aussi sur le marché de la vente de masques chirurgicaux ou en tissu. Les files d'attente sont longues car la demande très forte, comme dans un supermarché de Mont-de-Marsan (Landes), où la ruée sur les masques a commencé dès l'ouverture des portes à 8h45.

Notamment dans les grandes surfaces et dans les pharmacies. "Cet après-midi, peut-être qu'il n'y en aura plus", explique un client. L'enseigne a dont pris le parti de limiter les ventes à 50 masques par foyer et par semaines. Ils ne seront pas distribués en rayon pour éviter les ruptures de stocks et seront vendus à prix coûtant.

Edouard Philippe l'a promis: "Il y aura assez de masques pour tout le monde le 11 mai". Les officines pourront proposer à la vente " des masques non sanitaires fabriqués selon un processus industriel et répondant aux spécifications techniques applicables", indique l'arrêté. Les prix ne seront pas encadrés comme pour le gel hydroalcoolique.

Les grandes enseignes de la distribution se sont entendues avec le gouvernement pour vendre les masques à usage unique moins d'1 euro et ceux à usages multiples entre 2 et 3 euros. Vendus par lots de cinq ou dix unités, les clients seront limités à l'achat de deux boîtes.

Les masques, "grand public" (en tissu et réutilisables) ou à usage unique, ne sont pas, pour l'heure, directement vendus dans les rayons des supermarchés.

Dernières nouvelles