Indignation des soignants après l’autorisation de vente de masques en grande distribution

Des masques chirurgicaux seront à la vente dans les grandes surfaces dès lundi

Des masques chirurgicaux seront à la vente dans les grandes surfaces dès lundi. Blog Article Abonn

Et soudain, des millions de masquesLe 29 avril, la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher annonce avoir trouvé un accord avec la grande distribution concernant la vente de masques de protection au grand public.

Les professionnels de santé s'interrogent sur la provenance des masques qui vont être vendus par la grande distribution mais aussi sur leur qualité: "Ne sont-ils pas en train de gruger la population avec des masques simples sans filtration?" lance Jean-François Batalla.

"La grande distribution me dit disposer en pratique aujourd'hui de l'équivalent de 5 voire 10 millions de masques (ndlr, en stock)", a-t-il poursuivi, ajoutant à titre de comparaison que 45 millions de masques étaient consommés chaque semaine en France pour les hôpitaux et médecins de ville. "Une mission de service public" "Et là, comme par magie, on apprend que la grande distribution en a 400 millions, et qu'en plus, ils vont pouvoir les vendre".

La Fédération du Commerce et de la distribution (FCD) a contre-attaqué dans la foulée.

Plus loin, la Fédération dément l'idée qu'il ait pu y avoir des " stocks cachés ": " Les chiffres annoncés par les enseignes concernent les commandes effectuées, qui ne vont être livrées que très progressivement ". Olivier Véran a indiqué comprendre "l'émotion du monde de la santé" mais a tenu à les rassurer en rappelant que si la France se trouvait à manquer de masques à destination des soignants et des personnes malades ou vulnérables, l'exécutif aurait recours à la réquisition. "Je comprends la polémique, j'espère aussi y mettre un terme", a conclu le ministre.

La grande distribution s'est une nouvelle fois défendue samedi 2 mai 2020 d'avoir constitué des "stocks cachés " de masques à usage unique, une polémique "nulle " pour le patron dugroupe Leclerc, "insensée " pour celui de Système U.

Dans un communiqué l'Ordre national des pharmaciens précise: " Les pharmaciens d'officine sont autorisés à conseiller, dispenser et vendre deux catégories de masques de protection réservés à des usages non sanitaires, récemment définies par les pouvoirs publics: - Les masques individuels à usage des professionnels en contact avec le public. On craignait la surenchère des pays étrangers auprès de nos fournisseurs. "Là, on est complètement atterrés", s'insurge-t-il. "On est en flux tendu, plus que tendu même. Mais les masques ne sont pas là, ils arrivent". Dans la région, les médecins se disent scandalisés.

Et il demande aussi: "Pourquoi nous avoir jugés, en notre qualité de professionnels de santé, indispensables pour distribuer la dotation d'État aux soignants, tout en nous laissant livrés à nous-mêmes, démunis et dans l'incapacité de répondre à la demande grandissante des patients, pendant que les autres filières s'organisaient?" Car la France avait des stocks, qui datent de la crise du H1N1 et des commandes massives de l'ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot.

Dernières nouvelles