Lancement d'un vaisseau spatial

La Chine lance avec succès un nouveau vaisseau spatial

La Chine reprend sa marche en avant dans l'espace

Le message note que toutes les unités et personnes impliquées ont travaillé en solidarité et ont surmonté les difficultés dans le contexte de l'épidémie de COVID-19 pour parvenir à ce succès, qui a posé des bases solides pour la "troisième étape" du programme spatial habité de la Chine visant à construire une station spatiale.

Le vaisseau s'est placé sur l'orbite voulue après huit minutes de vol, selon Chine nouvelle. Ce mardi, Chine Nouvelle a annoncé le lancement d'une nouvelle version, plus puissante, de son lanceur lourd Longue-Marche 5, emportant un prototype de capsule spatiale.

"Tout dépend des ambitions du programme spatial chinois, mais des missions au-delà de la Lune seront possibles", a souligné Carter Palmer, spécialiste des questions spatiales au cabinet américain Forecast International.

Aller loin dans l'espace nécessite deux choses principales: une vitesse très rapide pour s'arracher aux forces de gravitation, et une meilleure protection face aux températures extrêmes - des caractéristiques dont bénéficie a priori ce nouveau vaisseau chinois.

L'actuelle mission d'essai testera notamment son bouclier thermique et sa capacité à rentrer dans l'atmosphère.

Pékin avance ses pions dans le spatial. La station spatiale modulaire (CSS) devrait être opérationnelle en 2022.

Il s'agissait de la première mission effectuée par le Long March-5B, a rapporté CCTV, citant le China Manned Space Engineering Office. D'un diamètre de 5 mètres, d'un poids de 849 tonnes et d'une longueur de 54 mètres, elle peut envoyer dans l'espace des charges de 22 tonnes. Pour respecter ce calendrier, la Chine devra lancer les différents modules de la station en orbite dès cette fin d'année.

Ce lancement rassure aussi la Chine sur son programme spatial, après les échecs des lancements d'une fusée Longue-Marche 7, en mars, et d'un satellite indonésien, en avril. Un projet pour lequel la Chine avait déjà élaboré et envoyé deux prototypes de taille réduite dans l'espace en 2011 et 2016, Tiangong 1 et 2.

Dernières nouvelles