Sida : un deuxième patient atteint du VIH déclaré totalement guéri

Cellule infecté par le VIH./Inserm

Cellule infecté par le VIH./Inserm

"Un succès qui survient près de dix ans après le premier cas confirmé d'un patient souffrant du VIH ayant réussi en a guéri.selon la revue The Lancet HIV, il n'a montré aucun signe du virus depuis 30 mois".

Adam Castillejo, c'est le nom du patient de Londres, s'est fait connaître ce mardi, car il veut " être un ambassadeur d'espoir ". En plus du VIH, les deux hommes souffraient d'un cancer du sang pour lequel ils ont reçu une greffe de moelle osseuse, ainsi que des cellules souches. Pour tenter de traiter la leucémie, les médecins ont injecté, directement dans la moelle osseuse, des cellules souches provenant d'une personne présentant la mutation génétique CCR5Δ32, conférant une résistance au VIH. Du fait que la guérison de Timothy Ray Brown était restée le seul cas pendant dix ans, beaucoup l'ont considéré comme un résultat obtenu par hasard.

En mars 2019, le virologue Ravindra Gupta de l'University College London (UCL) avait annoncé sa possible guérison, après avoir obtenu les résultats des tests sanguins mensuels effectués pour déterminer son niveau d'infection par le VIH.

Alors qu'il restait jusqu'à présent anonyme, le "patient de Londres" a décidé de révéler cette semaine son identité dans un entretien au New York Times.

"Nos conclusions montrent que le succès de la transplantation de cellules souches comme remède contre le VIH, signalé pour la première fois il y a neuf ans chez "le patient de Berlin", peut être reproduit".

"D'autres patients ont bénéficié d'un traitement similaire, mais aucun n'est aussi loin dans la rémission (...) il y en aura probablement d'autres, mais cela prendra du temps", a toutefois précisé Ravinda Gupta. Au total, près de 38 millions de personnes resteraient malades du SIDA à travers le monde. La procédure utilisée pour les deux patients guéris est très lourde et risquée, posant des questions "éthiques", souligne le Pr Gupta.

"Il faut mettre en balance le taux de mortalité de 10 % pour une transplantation de cellules-souches et le risque de mort si on ne fait rien", explique-t-il.

D'autres scientifiques sont en revanche plus prudents.

Un habitant de Londres vient de guérir du sida. Environ 1,7 millions de personnes auraient été nouvellement infectées par le virus du SIDA (syndrome d'immunodéficience acquise), ou VIH (virus d'immunodéficience humaine), en 2018.

Les greffes de cellules souches semblent empêcher le virus de se répliquer à l'intérieur du corps en remplaçant les propres cellules immunitaires du patient par celles du donneur qui résistent à l'infection par le VIH. L'apparition de formes de VIH résistante aux médicaments représente aussi une préoccupation croissante.

Dernières nouvelles