Paris: enquête ouverte contre Valéry Giscard d'Estaing, accusé d'agression sexuelle

Il aurait touché à trois reprises les fesses d’une journaliste: l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing dans le collimateur de la justice

Le parquet ouvre une enquête après la plainte pour agression sexuelle contre Valery Giscard d'Estaing

Giscard d'Estaing est visé par une enquête suite à une plainte pour agression sexuelle sur une journaliste allemande, qui a indexé l'ancien président de la République, qu'elle accuse de lui avoir touché les fesses fin 2018.

Lors de la publication du dépôt de plainte, le directeur de cabinet de Valéry Giscard d'Estaing a assuré à la presse que l'ancien chef de l'Etat ne gardait " aucun souvenir de sa rencontre" avec la journaliste.

Selon le Figaro, Ann-Kathrin Stracke, journaliste de 37 ans à la télévision publique allemande WDR, a déposé une plainte le 10 mars contre Giscard d'Estaing. L'enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), a précisé le parquet.

Je suis heureuse d'apprendre que le ministère public a enregistré ma plainte pénale et a décidé d'ouvrir une enquête. La victime présumée explique que Valéry Giscard d'Estaing, 94 ans aujourd'hui, lui a posé la main sur les fesses à trois reprises lors d'une interview en décembre 2018.

" J'étais debout à gauche de VGE et, pendant la photo, il a mis sa main sur ma taille gauche, qui a ensuite glissé plus loin vers mes fesses et est restée là", a-t-elle déclaré.

D'après elle, cette situation se serait répétée à deux autres reprises juste après: lors d'une nouvelle photo et alors que l'ancien Président lui montrait des anciennes images de lui aux côtés d'autres chefs d'États ou de sa famille. "Je suis, bien entendu, à la disposition de la justice française dans le cadre de cette enquête", a confié Ann-Kathrin Stracke à l'AFP. J'ai essayé de la repousser mais je n'ai pas réussi.

Plus d'un an s'est écoulé depuis le jour de l'interview lorsque Ann-Kathrin Stracke a décidé de porter plainte devant la justice française, puis décidé de rendre l'affaire publique. Pour se libérer de cette situation qu'elle qualifie de " très dégradante", elle affirme avoir obtenu l'aide de son cameraman. Avec cette plainte, elle espère susciter un "débat de société sur le harcèlement sexuel et plus de courage pour s'exprimer et nommer les choses". "J'ai conscience que Valéry Giscard d'Estaing est un ancien président, qui a toujours de l'influence et du pouvoir, mais je trouve qu'il est important de parler de son comportement", conclut-elle.

Dernières nouvelles