OMS : " Le Coronavirus pourrait ne jamais disparaître "

Selon l’OMS le coronavirus SARS-CoV-2 pourrait ne jamais complètement disparaître Thomas Boisson 15 mai 2020 Médecine & Bio| Fabrice Coffrini

Selon l’OMS le coronavirus SARS-CoV-2 pourrait ne jamais complètement disparaître Thomas Boisson 15 mai 2020 Médecine & Bio| Fabrice Coffrini

"Ce virus pourrait devenir endémique dans nos communautés, il pourrait ne jamais disparaître ", a-t-il insisté, le responsable de l'OMS compare la situation actuelle avec celle du VIH, un virus "qui n'est pas parti, mais avec lequel nous essayons de composer, Michael Ryan assure qu'un "effort gigantesque " sera nécessaire pour contrôler le virus". C'est en tout cas ce qu'a annoncé l'Organisation mondiale de la santé en précisant que "ce virus pourrait devenir endémique dans nos communautés".

" Nous avons un nouveau virus qui pénètre la population humaine pour la première fois et il est en conséquence très difficile de dire quand nous pourrons le vaincre ", a déclaré lors d'une conférence de presse virtuelle ce mercredi 13 mai à Genève le directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS, Michael Ryan.

La raison principale réside dans la meilleure solution envisagée: la découverte d'un vaccin. Il faut également ajouter le temps de la mise à disposition massive du vaccin à travers la planète puis de son utilisation par les populations.

"Les Américains sont efficaces en cette période". En effet, les micro-gouttelettes de salive générées par la parole peuvent rester suspendues dans l'air d'un espace fermé pendant plus de dix minutes, selon une expérience publiée ce mercredi dans la revue PNAS, qui souligne le rôle probable de ces micro-gouttelettes dans la pandémie.

Jusqu'ici, seuls la toux et les éternuements avaient été identifiés comme pouvant augmenter considérablement le risque de transmission du virus. Plus elles sont petites, plus elles restent longtemps en suspension dans l'air, tandis que les plus lourdes, retombent plus rapidement au sol.

Selon les dernières actualisations des bilans épidémiologiques, le monde compte actuellement 4,35 millions de cas confirmés, dont 297 mille morts et 1,55 million de guéris. La quasi-totalité des pays du globe sont touchés par la pathologie, pour stopper la propagation du virus, on était arrivé à un point où il fallait confiner la moitié de l'humanité.

Dernières nouvelles