S'il trouve un vaccin, le labo français Sanofi servira d’abord... les Américains

Coronavirus: Sanofi servira les Etats Unis en premier s’il trouve un vaccin

L'UE envisage de mobiliser un fonds d'urgence face au risque de pénurie de vaccins

Engagée dans une course contre la montre, la Commission européenne a d'ores et déjà annoncé en mars la mobilisation de 380 millions d'euros dans la lutte contre le Covid-19, une somme affectée à des travaux de recherche pour l'élaboration de tests de diagnostic du Covid-19, de vaccins et de traitement.

Mercredi, Paul Hudson, le directeur général du laboratoire français Sanofi, a indiqué qu'il servirait en premiers les États-Unis s'il trouve un vaccin, puisque le pays "partage le risque" des recherches menées à travers un partenariat.

Sanofi disait alors qu'il utiliserait sa technologie de recombinaison de l'ADN pour "accélérer la mise au point d'un vaccin potentiel contre le Covid-19". Il a précisé que cette avance pourrait être de quelques jours ou quelques semaines.

Les Etats-Unis "obtiendront les vaccins en premier", a poursuivi Paul Hudson, car "ils ont investi pour essayer de protéger leur population". A cet effet, le groupe s'est allié avec le britannique GSK, à travers une collaboration dont les deux laboratoires espèrent obtenir un résultat d'ici à 2021. Le laboratoire français collabore également avec Translate Bio, une biotech américaine, dans le but de mettre au point un autre type de vaccin contre le Covid-19.

Cette déclaration de Paul Hudson est "particulièrement choquante", a réagi sur franceinfo Thierry Bodin, responsable CGT chez Sanofi.

Dans la soirée, le laboratoire a ensuite publié un communiqué: "Sanofi dispose d'un ancrage industriel diversifié et international".

Selon le document consulté par Reuters, Stella Kyriakides envisage d'utiliser l'"instrument d'aide d'urgence" de l'Union européenne, l'ESI, afin d'augmenter la capacité de production de vaccins en Europe et d'offrir une assurance responsabilité aux laboratoires pharmaceutiques. "La production sur le sol américain sera principalement dédiée aux États-Unis et le reste de nos capacités de production sera alloué à l'Europe, à la France et au reste du monde". "Nous nous sommes toujours engagés à ce que dans ces circonstances sans précédent, notre vaccin soit accessible à tous".

"Nous avons des discussions très constructives avec les institutions européennes ainsi qu'avec les gouvernements français et allemand", a-t-il précisé.

Une version confirmée jeudi sur BFMTV par le patron de Sanofi France, Olivier Bogillot/ "Il est évident que si Sanofi découvre un médicament ou un vaccin efficace contre le coronavirus, il sera accessible à tous", a-t-il assuré.

Dernières nouvelles