Brésil / Covid-19 : le nouveau ministre de la Santé a démissionné

Coronavirus au Brésil: le ministre de la santé jette l’éponge

Covid-19: démission du nouveau ministre brésilien de la santé

" Le chômage, la faim et la misère seront l'avenir de ceux qui soutiennent la tyrannie de l'isolement total", a tweeté le dirigeant d'extrême droite un jour après le départ de son deuxième ministre de la Santé en raison de différends liés à la gestion de la crise du coronavirus.

Avec 15.633 décès et 233.142 cas confirmés, le Brésil est le pays d'Amérique latine le plus touché par le virus, qui a déjà fait plus de 310.000 morts dans le monde. Le président Bolsonaro a fait pression sur son ministre pour que ce médicament, réservé jusqu'ici aux cas graves de Covid-19, soit utilisé dès le début du traitement.

Mais la chloroquine a été "la goutte d'eau " qui a fait déborder le vase.

Nelson Teich a annoncé qu'il quittait son ministère ce vendredi 15 mai. Il a également subi des camouflets, comme la publication, sans qu'il en ait été informé, par le président Jair Bolsonaro d'un décret la semaine dernière incluant dans "les activités essentielles" devant rester ouvertes les salons de coiffure et de beauté ainsi que les salles de musculation. Nelson Teich avait remplacé le 17 avril le populaire ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta limogé par Jair Bolsonaro après une succession de divergences dans la lutte anti-coronavirus. Il a aussi beaucoup choqué de nombreux Brésiliens en faisant du jet-ski, de l'entraînement au tir ou des barbecues alors que le coronavirus amenait les hôpitaux de Sao Paulo, Rio ou des Etats du Nord et du Nord-est au bord de la saturation, avec des personnels médicaux totalement débordés. Il avait pourtant été choisi par Jair Bolsonaro "dans l'espoir d'équilibrer les actions du ministère afin d'éviter les décès dus aux coronavirus mais aussi de minimiser l'impact économique des mesures de confinement", souligne le quotidien.

M. Doria a estimé vendredi sur Twitter que la démission du ministre attestait de "la dérive " du Brésil.

Dernières nouvelles